EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Tour de France : la Slovénie célèbre le triomphe annoncé de Tadej Pogacar

Tadej Pogacar hisse le drapeau slovène pour célébrer sa victoire sur le Tour de France 2020, le 20 septembre 2020
Tadej Pogacar hisse le drapeau slovène pour célébrer sa victoire sur le Tour de France 2020, le 20 septembre 2020 Tous droits réservés Bernard Papon/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Bernard Papon/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Slovènes n'ont pas boudé leur plaisir. Deux compatriotes monteront sur le podium et le jeune Tadej Pogacar repartira avec trois maillots.

PUBLICITÉ

À Komenda, le village où réside Tadej Pogacar, les habitants n'ont pas boudé leur plaisir. L'éclatante victoire du coureur slovène dans le contre-la-montre de samedi l'a assuré de remporter le Tour de France, devant son compatriote Primoz Roglic. Mais le père du héros local et national fait preuve de compassion.

« Les sentiments sont mitigés, a confié Mirko Pogacar. D'un côté, nous sommes très heureux, de l'autre, trois maillots rempotés à 21 ans, c'est presque trop. Primoz Roglic s'est battu tout au long du Tour, et il se retrouve finalement deuxième. C'est aussi un très bon résultat, mais je suis un peu triste pour lui. »

Plus jeune vainqueur de la Grande boucle de l'après-guerre, Tadej Pogacar ramènera donc dans ses valises le maillot jaune, le maillot à pois et celui du meilleur jeune. De quoi gonfler de fierté ce petit pays d'Europe centrale et ses 2 millions d'habitants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Slovénie rembourse les amendes perçues pour des infractions aux mesures anti-covid

La Slovénie durcit les contrôles à ses frontières, face à la menace terroriste

Slovénie : Sous l’eau, le pays subit sa "pire catastrophe naturelle" en trente ans