DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

ONU : un anniversaire qui intervient sur fond de crise

euronews_icons_loading
ONU : un anniversaire qui intervient sur fond de crise
Tous droits réservés  AP
Taille du texte Aa Aa

C'est un anniversaire en pleine zone de turbulences pour les Nations unies, qui fêtent leurs 75 ans.

L'assemblée générale s'est ouverte alors que les relations multilatérales sont mises à mal, le tout sur fond de crise sanitaire. Le secrétaire général de l'ONU a appelé à revenir aux fondamentaux.

"Nous devons tout faire pour éviter une nouvelle guerre froide", a déclaré Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies. "_C'est une direction très dangereuse. Le monde ne peut pas se permettre de se tourner vers un avenir où les deux plus grandes économies de la planète divisent le globe en deux _–_ chacune avec ses propres règles commerciales et financières, ses capacités numériques et d'intelligence artificielle_".

Une assemblée essentiellement virtuelle, avec des allocutions retransmises, crise sanitaire oblige. Un seul représentant par pays pouvait être présent au siège new-yorkais de l'ONU. Ce qui n'a pas empêché Washington d'épingler Pékin sur sa gestion de la pandémie de Covid-19.

"Nous devons demander des comptes au pays qui a déclenché la pandémie, ce fléau dans le monde, la Chine", a lancé Donald Trump. "Le gouvernement chinois et l'Organisation mondiale de la santé, qui est quasiment sous contrôle de la Chine, ont déclaré à tort qu'il n'y avait aucune preuve de transmission du virus d'homme à homme. Et ensuite, ils ont déclaré à tort que les personnes qui ne présentaient pas de symptômes ne pouvaient pas être contagieuses".

De son côté, le Président chinois XI Jinping a mis en garde contre "le piège d'un choc des civilisations", et fustigé les Etats-Unis pour le bilan humain particulièrement lourd dû à la pandémie, qualifiant leur attitude d'"irresponsable".