DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'ONU a 75 ans : des idéaux du début aux désillusions d'aujourd'hui

euronews_icons_loading
L'ONU a 75 ans : des idéaux du début aux désillusions d'aujourd'hui
Tous droits réservés  Frank Franklin II/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

C'était il y a 75 ans : la création de l'ONU. Un anniversaire célébré ce lundi à l'aube de l'assemblée générale de l'organisation.

Au sortir de la Seconde guerre mondiale, les dirigeants des pays se mettaient d'accord pour tenter de pérenniser la paix et la sécurité.

Cet objectif figurait en tête de la Charte des Nations Unies. On plaidait pour des relations amicales entre les nations. On parlait de coopération pour résoudre les conflits. On souhaitait agir ensemble pour des objectifs communs. C'était l'idéal du multilatéralisme.

Au fil des décennies, les instances de l'ONU se sont efforcées de défendre ces principes fondateurs.

Résolutions du Conseil de sécurité, opérations de la maintien de la paix, déploiement de casques bleus... des initiatives qui ont permis de contenir certains conflits.

Et puis, les responsables de crimes de guerre ou de crimes contre l'humanité se savent désormais menacés par la justice internationale. Le Serbe Slobodan Milosevic et le Libérien Charles Taylor ont dû répondre de leurs actes devant des tribunaux mis en place par l'ONU.

Aide humanitaire, protection du patrimoine...

L'ONU peut se targuer d'avoir sauver des millions de vies, notamment via son programme alimentaire (PAM) qui a distribué de l'aide humanitaire aux quatre coins du monde.

Une attention spécifique pour les enfants a été mise en place à travers le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

Enfin, de nombreux sites naturels et des haut-lieux du patrimoine bénéficient désormais d'une protection qu'ils n'auraient pas eu sans l'intervention de l'Unesco.

Les échecs de l'ONU

Mais ces réussites ne cachent pas les échecs de l'ONU.

L'organisation des Nations Unies a été incapable d'enrayer le génocide au Rwanda, incapable d'empêcher le nettoyage ethnique dans l'ex-Yougoslavie.

Les casques bleus ont parfois été impuissants, incapables d'exercer leur mandat.

Pire, dans certains cas, des casques bleus qui se rendent coupables d'exactions dans le cadre de leur mission, comme en République démocratique du Congo

Et puis en Haïti, le développement d'une épidémie de choléra en 2010, suite au tremblement de terre. Longtemps, l'ONU a nié que cette maladie avait été importée par des casques bleus népalais.

Au chapitre des ratés, on citera aussi le programme "pétrole contre nourriture" en Irak : une initiative entachée par des détournements de fonds et des soupçons de corruption.

Ajoutons aujourd'hui la menace terroriste, les dérèglements climatiques, les inégalités croissantes, la pandémie de Covid-19, des dirigeants qui décident sans concertation, qui font fi de toute coopération.

Le multilatéralisme, tel qu'il était souhaité il y a 75 ans, a du plomb dans l'aile.