DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La Commission va devoir convaincre sur son nouveau pacte migratoire

euronews_icons_loading
Camp de migrants de Moria en Grèce
Camp de migrants de Moria en Grèce   -   Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Le nouveau pacte migratoire proposé par la Commission européenne mercredi suscite des réactions très contrastées dans l'Union. Le texte prévoit notamment que les Etats membres qui ne souhaitent pas accueillir de demandeurs d'asile en cas d'afflux devront participer au renvoi des personnes déboutées vers leur pays d'origine. Ce qui inquiète de nombreux députés européens comme l'Irlandais Barry Andrews, membre du groupe Renew Europe.

"Je suis très préoccupé par l'idée de parrainer des retours vers des pays où des gouvernements très à droite ou autocratiques peuvent décider que les personnes de telle ou telle nationalité doivent rentrer dans leur pays d'origine, confie-t-il. Il y a un marché du diable potentiel entre les gouvernements autocratiques des deux côtés avec ce genre d'accord. Certaines nationalités peuvent être identifiées sur la base de la religion. Et ce genre de distinction raciale n'a pas sa place, selon moi, dans un pacte dont le titre comprend le mot 'solidarité'".

L'ONG Oxfam dénonce pour sa part l'attitude de la Commission qui s'incline, dit-elle, devant les gouvernements anti-immigration.

Le ministre allemande de l'Intérieur se félicite en revanche que l'Europe se "serre les coudes". Le texte doit encore être approuvé par les Etats membres et voté par le Parlement européen.