DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Bientôt plus d'animaux sauvages dans les cirques et les delphinariums en France ?

Photo d'illustration : des animaux sauvages sur la piste du 42e festival international du cirque de Monte-Carlo, le 23 janvier 2018
Photo d'illustration : des animaux sauvages sur la piste du 42e festival international du cirque de Monte-Carlo, le 23 janvier 2018   -   Tous droits réservés  Claude Paris/
Taille du texte Aa Aa

C'est une victoire pour les défenseurs de la cause animale. En France, les animaux sauvages vont disparaître dans les années à venir des cirques ambulants et les orques et dauphins sortir des delphinariums. Cette décision a été annoncé ce mardi par le gouvernement français face à la montée en puissance de la question du bien-être animal dans le débat public.

Après des années de polémiques, la nouvelle ministre française de la Transition écologique Barbara Pompili a voulu "_ouvrir une nouvelle ère dans notre rapport à ces animaux. Il est temps que notre fascination ancestrale pour ces êtres sauvages ne se traduise plus par des situations où l'on favorise leur captivité par rapport à leur bien-êtr_e".

Le gouvernement va mettre "au moins 8 millions" sur la table pour la reconversion des cirques ambulants (les cirques et autres spectacles sédentaires ne sont pas concernés) et des trois delphinariums du pays.

Une enveloppe jugée "ridicule" par le directeur général du Marineland d'Antibes, Pascal Picot, qui a dénoncé le fait qu'il n'y ait eu "aucune concertation".

AP Photo/Lionel Cironnea
Archives : L'orque "Wikie et son petit lors d'un spectacle au Marineland d'Antibes, dans le sud de la France, le 18 avril 2011AP Photo/Lionel Cironnea

L'interdiction prochaine de la reproduction et de l'introduction de nouveaux orques et dauphins dans les trois delphinariums français, est aussi "injuste et injustifiée", pour Pascal Picot.

En outre, la ministre de l'Ecologie s'est aussi engagée à aider les quatre élevages français de visons pour fourrure, qui vont également devoir fermer. La fédération de la fourrure a dénoncé "une décision de principe contre l’élevage" et annoncé son intention de saisir le Conseil constitutionnel au nom de la liberté d'entreprendre.

Réaction du porte-parole de la fédération française des métiers de la fourrure

Une période de transition de cinq ans

La ministre ne s'est pas engagée sur un échéancier pour les cirques, mais selon des sources de la profession reçues la semaine dernière au ministère, elle a évoqué une transition de cinq ans. Elle a annoncé une fermeture "sous cinq ans" des élevages de visons et une fourchette de "7 à 10 ans pour préparer la suite" des delphinariums où la reproduction est désormais interdite.

La France rejoint la vingtaine de pays européens qui ont déjà interdit ou limité la présentation d'animaux sauvages dans les cirques. Des restrictions également prises par quelque 400 collectivités locales en France, a rappelé Mme Pompili.

Le sujet du bien-être animal a été récemment porté par la campagne pour un "référendum pour les animaux", soutenue par plus de 750 000 internautes et 141 parlementaires (il faudrait 4,7 millions de signataires et 185 parlementaires pour organiser le scrutin).

"Victoire", ont ainsi tweeté les promoteurs du Référendum pour les animaux. "Les bouchons de champagne sautent", s'est réjouie l'association anti-fourrure Peta.

Plusieurs propositions de loi ont également été déposées, dont une du groupe Écologie démocratie solidarité (EDS) doit être examinée début octobre à l'Assemblée. Les députés LREM ont annoncé dans la foulée qu'ils soutiendraient les propositions correspondant aux annonces de Mme Pompili, le groupe EDS s'étant de son côté félicité d'avoir servi "d'aiguillon" au pouvoir.

Les annonces de mercredi ne concernent que la faune sauvage, les questions des animaux d'élevage relevant du ministère de l'Agriculture. Mais d'ores et déjà, une association en pointe comme L214 a "salué" la mesure sur les visons, tout en estimant qu'elle ne faisait que "combler un retard". L'association de défense des animaux a d'ailleurs récemment dévoilé sa nouvelle enquête en diffusant de "terribles images" d'un élevage de lapins en cage avant l'examen ce jeudi d'une proposition de loi en commission à l'Assemblée nationale.

Les professionnels du cirque estiment ne pas avoir été entendu

Côté circassiens, les annonces ont sans surprise suscité l'inquiétude, alors que les cirques "traditionnels" avec animaux, durement frappés par la crise du coronavirus, attirent selon leurs représentants quelque 13 millions de spectateurs annuels, contre un million pour le cirque "contemporain".

"On est choqués. Il n'y a pas eu de dialogue, elle n'a pas voulu nous écouter. On ne va plus pouvoir travailler et en attendant, qui va payer la viande des fauves, le fourrage des éléphants ?", a réagi William Kerwich, président du syndicat des capacitaires d'animaux de cirque et de spectacle, pour qui "presque 500 fauves en France" sont notamment concernés.

"Les cirques vont devoir abandonner leurs animaux et nous en rendons la ministre responsable", poursuit-il, envisageant un recours en justice ou d'autres actions.

"Nos animaux on ne les trouve pas dans la jungle", et les cirques élèvent et reproduisent leurs bêtes, "que nous aimons", déclare-t-il.

Une reproduction qui sera précisément interdite, selon le ministère, Mme Pompili assurant que "des solutions vont être trouvées au cas par cas, avec chaque cirque, pour chaque animal", qui ne pourront évidemment pas être "remis en liberté".