DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Belgique : entrée en fonction d'un nouveau gouvernement paritaire

euronews_icons_loading
Le nouveau Premier ministre libéral flamand Alexander De Croo a prêté serment devant le roi Philippe jeudi 1er octobre 2020.
Le nouveau Premier ministre libéral flamand Alexander De Croo a prêté serment devant le roi Philippe jeudi 1er octobre 2020.   -   Tous droits réservés  Photo : Yves Herman/AP
Taille du texte Aa Aa

Un nouveau gouvernement belge est officiellement entré en fonction jeudi en prêtant serment devant le roi Philippe, après seize mois de crise politique.

Un gouvernement paritaire

Conduit par le libéral flamand Alexander De Croo, choisi mercredi comme Premier ministre par une coalition de sept partis, un record dans le pays, le gouvernement compte 14 ministres et cinq secrétaires d'Etat.

Les Affaires étrangères (pour l'ex-Premier ministre Sophie Wilmès), l'Intérieur, la Défense, l'Energie, l'Environnement, les Pensions etc : au total huit portefeuilles de ministre reviennent à des femmes, dans cette équipe strictement paritaire (contre 9 hommes et 4 femmes précédemment).

Ludivine Dedonder, une socialiste francophone de 43 ans, ex-journaliste sportive à l'ascension éclair en politique, est la première femme nommée ministre de la Défense en 190 ans d'Histoire pour ce petit royaume.

Côté flamand, un fils de réfugié irakien, Sammy Mahdi (CD&V), prend le secrétariat d'Etat à l'Asile et à la Migration, et une ex-ouvrière automobile née de parents marocains, Meryame Kitir (socialiste), un portefeuille associant la Coopération au développement et la politique de la ville.

L'écologiste néerlandophone, Petra De Sutter, est nommée ministre de la Fonction publique.

Autre nomination remarquée, celle du libéral Mathieu Michel, fils d'un ancien ministre et petit frère du président du Conseil européen et ex-Premier ministre belge Charles Michel, devient secrétaire d'Etat au Numérique.

Une nomination (à l'initiative du président de parti comme c'est la coutume en Belgique) qui suscitait des railleries sur les réseaux sociaux sur le thème des "fils de" ou du "pouvoir féodal à la belge". Le Premier ministre Alexander De Croo, 44 ans, est lui-même le fils d'une personnalité de sa famille politique, l'ex-ministre Herman De Croo.

La nouvelle coalition au pouvoir associe les familles libérales, socialistes et écologistes, auxquelles s'ajoute le parti chrétien-démocrate flamand, le CD&V.

Elle est minoritaire dans le groupe des députés néerlandophones, car elle exclut les deux plus grands partis flamands, la N-VA (nationalistes) et le Vlaams Belang (extrême droite).

Mais ce déséquilibre est compensé par une parité linguistique dans l'équipe gouvernementale.

Quatre ministères pour les écologistes

Comme la Justice et les Finances, la Santé, portefeuille sensible en pleine pandémie de coronavirus, revient à un Flamand, le socialiste Frank Vandenbroucke, déjà ministre dans les années 1990.

L'accord de gouvernement approuvé largement mercredi soir par chacune des sept formations engagées met un terme à une crise politique de plus de 490 jours depuis les législatives du 26 mai 2019.

Ce scrutin avait notamment été marqué par une progression des écologistes... qui finalement se retrouvent associés au pouvoir fédéral pour la deuxième fois de leur existence (après l'unique précédent "Arc-en-ciel" de 1999 à 2003).

Ecolo et Groen, le parti francophone et son pendant néerlandophone, obtiennent un secrétariat d'Etat et quatre ministères dont ceux de l'Energie, de la Mobilité et de l'Environnement.

Baptême du feu européen

La moyenne d'âge du nouveau gouvernement avoisine les 44-45 ans, là où les équipes d'Elio Di Rupo (2011-2014) et Charles Michel (2014-2018) affichaient en moyenne au départ respectivement 47 et 49 ans et demi, a calculé le journal flamand De Standaard.

Après la prestation de serment dans la matinée au palais royal, Alexander De Croo était attendu en début d'après-midi pour sa première déclaration devant les 150 députés belges. Exceptionnellement ils siégeront au Parlement européen pour le respect des distances. Un vote de confiance pourrait intervenir samedi.

Le nouveau Premier ministre participera jeudi et vendredi à son premier sommet européen.