DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Jonas Kaufmann chante l'amour au Concert d'une nuit d'été de Vienne

euronews_icons_loading
euronews
euronews   -   Tous droits réservés 
Taille du texte Aa Aa

De grandioses mélodies résonnent à travers les somptueux jardins du château de Schönbrunn à Vienne. Le ténor star Jonas Kaufmann a joué la carte du cœur au Concert d'une nuit d'été 2020 qui était dédié au thème de l'amour.

Le Philharmonique de Vienne a décrit un arc musical fascinant, des grands classiques de l'opéra aux airs de musique de film et de ballet en passant par les plus célèbres mélodies viennoises sous la direction du Maestro Valery Gergiev.

"J'étais très content quand nous avons choisi le programme," confie se réjouit Daniel Froschauer, président du Philharmonique de Vienne, avant d'ajouter : "Quand on voit comment Richard Wagner exprime l'amour dans l'opéra "Tristan et Isolde" ou encore Richard Strauss dans "Le Chevalier à la rose"... Tous ces compositeurs donnent le meilleur d'eux-mêmes quand ils abordent le thème de l'amour," estime-t-il.

"L'une des plus grandes raisons qui poussent à composer de la musique"

Le ténor allemand Jonas Kaufmann renchérit : "L'amour, c'est tout simplement l'une des plus grandes raisons qui poussent à composer de la musique. C'est comme cela depuis des siècles, voire des millénaires, probablement depuis les prémices de ce qu'on appelle la musique : la musique permet de s'exprimer, de transmettre des sentiments," souligne-t-il.

Quant à l'air "Nessun Dorma" issu de l'opéra "Turandot" de Giacomo Puccini qu'il a interprété sur scène, Jonas Kaufmann estime que "c'est un mystère. Même les jeunes - quand ils l'écoutent la première fois - se disent : "C'est fou, c'est incroyable !" Ils ne comprennent pas un mot du texte, mais cet air déclenche aussitôt leur enthousiasme," affirme-t-il.

Valery Gergiev indique de son côté : "Giacomo Puccini savait exactement comment réunir en quelques mesures tout ce qu'il y a de plus inoubliable et de plus beau."

"Tout le monde a la chair de poule en entendant cet air," ajoute Jonas Kaufmann.

Un concert qui donne "de l'espoir" et "de la joie"

D'habitude, 100.000 personnes se pressent dans le parc du château pour assister à ce concert, mais en raison de la crise actuelle, cette édition s'est déroulée en présence de quelques spectateurs chanceux.

"Ce concert nous donne une lueur d'espoir pour l'avenir," assure Daniel Froschauer.

"Un concert avec des mélodies qui procurent de la joie, actuellement, c'est ô combien précieux !" lance pour sa part, le chef d'orchestre russe.

Jonas Kaufmann conclut : "Je pense que l'énergie qui émerge de la scène s'explique par cette longue pause. On était dans un désert émotionnel et on a soif d'en sortir, donc on est deux fois plus investi humainement," se félicite-t-il.