DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La Pologne va présenter à l'UE un "plan Marshall" pour le Bélarus

euronews_icons_loading
La Pologne va présenter à l'UE un "plan Marshall" pour le Bélarus
Tous droits réservés  Czarek Sokolowski/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

La Pologne s'active pour soutenir l'opposition au Bélarus. Le gouvernement polonais souhaite créer un plan d'aide commun au sein de l'Union européenne pour appuyer ceux qui luttent contre le régime du président Alexandre Loukachenko.

Le chef de la diplomatie polonaise, Paweł Jabłoński, a expliqué : "nous allons plaider pour des actions plus cohérentes du côté de l'UE. Nous devons présenter une alternative viable pour le Bélarus, pour son peuple et son économie pour l'avenir".

Ce que l'on nomme déjà le "Plan Marshall" consisterait en un fond doté d'un milliard d'euros pour stabiliser l'économie bélarusse. Il faudrait néanmoins que de nouvelles élections libres et démocratiques soient organisées dans le pays. L'argent proviendrait des Etats membres européens.

Ce plan polonais a été discuté et accepté par tous les partis politiques du pays, le parti conservateur Droit et Justice au pouvoir, mais aussi les formations de l'opposition dont la coalition de la Plateforme civique.

Michał Szczerba, député de la Plateforme civique, voit ce plan comme une alternative aux offres de prêts faites par la Russie à Minsk : "ce qui est nécessaire, c'est la coordination de cette aide et la création d'une offre spécifique pour la société bélarusse, qui aura quelque chose de plus que ce que Poutine offre".

Ces dernières semaines, cette ébauche de plan a aussi été discutée en République tchèque, en Hongrie, en Pologne et en Slovaquie. Ces pays du groupe de Visegrad ont autorisé la Pologne à présenter le plan à l'Union européenne en leur nom.

Pour le Conseil de coordination de l'opposition au Bélarus, l'équilibre entre l'aide étrangère et ce qui se passe à l'intérieur du pays est crucial.

Pavel Latushko, du Conseil de coordination de l’opposition, confirme : "le plan Marshall est un signe très fort. Les interactions entre l'aide qui peut être offerte par l'UE et, en même temps, par la Fédération de Russie, et les attentes de la société bélarusse, et nos démarches à l'intérieur du pays, sont très importantes".

Reste à savoir quel accueil Bruxelles et les autres pays membres vont réserver à cette initiative.