DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le Covid-19 sévit durement en France et en Russie, Paris face à de strictes mesures sanitaires

euronews_icons_loading
Le Covid-19 sévit durement en France et en Russie, Paris face à de strictes mesures sanitaires
Tous droits réservés  Francois Mori/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Placé en état d'alerte maximale, comme Marseille et la Guadeloupe, Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne vont connaître de nouvelles mesures de restrictions sanitaires.

Il s'agit à priori de la fermeture des bars et café pour 15 jours. Les restaurants devraient restés ouverts dès lors qu'ils appliquent un stricte protocole de lutte contre le Covid-19. Comme dans les Bouches du Rhône, il faudrait notamment que les restaurateurs recensent les clients, placent les tables à un mètre cinquante les unes des autres et ferment à 22h.

Le télétravail déclaré nécessaire

La ministre du Travail Elisabeth Borne doit rappeler ce lundi aux partenaires sociaux "la nécessité de privilégier, plus que jamais, le télétravail dans les zones d'alerte renforcée et maximale".

Les universités ne pourront plus accueillir que 50 % des effectifs à la fois.

La situation sanitaire est considérée comme "très grave", le taux d'incidence dépassant les 250 pour 100 000 habitants et le seuil critique des 100 chez les plus de 65 ans. Quant au taux d'occupation des lits en réanimation pour les patients atteints de Covid-19, il s'élevait lui aussi au-dessus du seuil d'alerte maximale de 30% en Ile-de-France, selon les chiffres de l'Agence régionale de santé (ARS).

D'autres grandes villes, comme Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse et Saint-Etienne, où la situation sanitaire reste inquiétante, pourraient également basculer prochainement en zone alerte rouge.

En Russie, ça augmente aussi

La Russie connaît également une augmentation du nombre de cas quotidiens, environ 10 000 samedi, le taux le plus élevé depuis le mois de mai.

La Russie enregistre actuellement le quatrième plus grand nombre de cas confirmés dans le monde, 1 215 001, mais les responsables du gouvernement disent qu'un nouveau confinement n'est pas à l'ordre du jour.

Actuellement, 214 500 personnes sont sous traitement pour le coronavirus en Russie.

L'Allemagne, moins touchée

En Allemagne, où le taux quotidien d'infection est constamment inférieur à celui de la plupart de ses voisins, à Constance, près de la frontière germano-suisse, quelques milliers de personnes ont manifesté leur mécontentement face aux restrictions, après avoir la veille organisé une chaîne humaine.

Uwe et Angelika, manifestants anti-masques expliquent : "Que nous devions tous porter des masques, que les enfants à l'école soient obligés de porter des masques, ce sont les symboles les plus visibles d'une situation qui est 'kapput".

"Dans les restaurants, nous devons donner notre adresse et notre nom, nous sommes obligés de le faire. Et quand nous revenons d'une région à risque, nous sommes obligés de nous faire tester."

Certains brandissaient des pancartes appelant à la "liberté!" ou dénonçant les mesures sanitaires prises par la chancelière: "Pour notre liberté. Contre la RDA d'Angela Merkel. 2.0", juste au lendemain de l'anniversaire des 30 ans de la réunification allemande.

Samedi entre 10.000 et 11 000 personnes ont formé une chaîne humaine au bord du lac de Constance, à cheval sur l'Allemagne, la Suisse et l'Autriche. Cette estimation, fournie par la police, ne concerne que les rives du lac du côté allemand.

Mais la mobilisation est restée largement inférieure aux attentes des organisateurs qui ambitionnaient initialement de faire le tour du lac jusqu'à l'Autriche.

Ces manifestations rassemblent une foule hétéroclite composée de militants anti-vaccin, de complotistes, de citoyens authentiquement préoccupés par les restrictions liées au Covid-19 mais aussi, et de plus en plus selon les autorités, de sympathisants d'extrême droite.