DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Pourquoi est-il si long de former un gouvernement en Belgique ?

Le Premier ministre belge Alexander de Croo devant le Roi de Belgique le 1er octobre 2020
Le Premier ministre belge Alexander de Croo devant le Roi de Belgique le 1er octobre 2020   -   Tous droits réservés  DANNY GYS/AFP
Taille du texte Aa Aa

Enfin! Après 653 jours de délai, la Belgique a un gouvernement et un premier ministre, le libéral flamand Alexander de Croo.

Pour cause de Covid-19, le gouvernement a été présenté aux députés belges au Parlement européen, dont l’hémicycle est assez grand pour respecter la distanciation sociale. La motion de confiance a été votée dimanche 3 octobre avec 87 voix pour et 54 voix contre.

Pourquoi cela a-t-il duré si longtemps?

C’est un nouveau record pour la Belgique, dont le système peut faire durer les négociations politiques des mois, voire des années. Sur la dernière décennie, les Belges ont passé plus de trois ans cumulés sans gouvernement de plein exercice. Le précédent record était de 589 jours entre le 26 avril 2010 et le 6 décembre 2011.

Cette fois, tout a commencé le 18 décembre 2018 avec la démission du gouvernement de Charles Michel, forcé de jeter l’éponge après que les nationalistes flamands aient quitté sa coalition.

Michel avait assuré l’intendance jusqu’aux élections législatives fédérales du 26 mai 2019… qui avaient mené à une nouvelle impasse.

D’où venait cette impasse?

La Flandre, partie néerlandophone du pays, avait voté pour des partis à droite comme l’Alliance Néo-Flamande (N-VA) et le parti d’extrême-droite Vlaams Belang (VB), tandis que la Wallonie francophone avait choisi des partis de gauche, comme le Parti Socialiste (PS) et les Écologistes.

Ces camps opposés n’arrivaient pas à s’entendre.

En décembre 2019, Charles Michel avait été nommé Président du Conseil européen et avait laissé sa place de premier ministre d’intérim à Sophie Wilmès, la première femme à occuper ce poste en Belgique.

Comment ont-ils trouvé un accord?

Il aura fallu la pandémie mondiale du Covid-19, et un appel du Roi Philippe de Belgique cet été pour un gouvernement “résolu et stable”, pour éclaircir la situation.

Les partis s’étaient donnés 50 jours pour trouver un accord ou il ne restait qu’une solution : de nouvelles élections, ce que personne ne souhaitait. En effet, les résultats risquaient d’être les mêmes qu’en 2019.

Mercredi, les libéraux du Mouvement Réformateur et de l’Open VLD, les socialistes du PS et du sp.a, les partis verts Ecolo et Groen et les chrétiens-démocrates CD&V ont donc formé une coalition, surnommée “Vivaldi” car elle inclut quatre forces politiques comme les Quatres Saisons du célèbre compositeur.

Qui est le nouveau premier ministre?

Le libéral de l’Open VLD Alexander de Croo est un flamand de 44 ans. Il a été ingénieur et consultant avant de se tourner vers la politique, le domaine de son père Herman de Croo, une figure de la politique belge.

Alexander de Croo est entré en politique en 2009 en se présentant aux élections européennes, qu’il a perdues, avant d’être élu président de l’Open VLD six mois plus tard. Il a été ministre sous divers gouvernements et était vice-Premier ministre sous ceux de Charles Michel et Sophie Wilmès.

Avant son accession au “Seize”, le siège du pouvoir situé au 16, rue de la Loi à Bruxelles, il était surtout connu pour avoir provoqué la chute du gouvernement fédéral en 2010.

Ce gouvernement peut-il tenir?

Les flamands de la droite nationaliste N-VA et de l’extrême-droite VB vont faire peser toutes leurs forces contre la coalition Vivaldi à laquelle ils ne prennent pas part.

Alexander de Croo a appelé à “la coopération, le respect et la solidarité”, mais il sait que gérer une alliance de sept partis sera très compliqué.

Combattre le COVID-19, investir dans la santé, réformer la fiscalité… Le programme du nouveau gouvernement est vaste; il ne reste plus qu’à s’entendre.