DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Depuis la station de ski d'Ischgl, le Covid-19 a fait boule de neige dans le monde entier

euronews_icons_loading
Depuis la station de ski d'Ischgl, le Covid-19 a fait boule de neige dans le monde entier
Tous droits réservés  JAKOB GRUBER/AFP
Taille du texte Aa Aa

On l'appelle l'Ibiza des neiges. La station de ski autrichienne d'Ischgl est depuis la Covid-19 au coeur de l'actualité, mais plus à cause de la clientèle huppée qui la fréquente. Ici, s'est répandu en mars dernier le coronavirus, comme une traînée de poudre, et 6 000 touristes étrangers de 45 pays affirment avoir été contaminés. Autant de personnes qui ont propagé le virus dans leur pays.

Les touristes étrangers ont couru vers leur voiture avec encore leurs chaussures de ski au pied
Ronald Rohrer
Président de la commission d'enquête sur la gestion sanitaire à Ischgl en mars 2020

Une commission d'enquête conclut que les autorités locales ont tenté de minimiser le danger, pour sauver la saison touristique. Il y a eu des erreurs, comme celle du chancelier autrichien Sebastian Kurz, qui a instauré une quarantaine en demandant aux clients d'évacuer Ischgl en une heure.

"Bien que non mentionnée dans l'annonce du Chancelier, les étrangers se sont évidemment sentis concernés par la quarantaine, explique Ronald Rohrer, président de la commission d'enquête. Ils ont couru vers leur voiture en portant encore leurs chaussures de ski quasiment. Les skis loués ont simplement été jetés à l'entrée des magasins, les chambres d'hôtel ont été abandonnées à la hâte, avec encore des affaires dedans."

La contamination serait partie du Kitzloch, un bar bondé tous les soirs, avec un employé testé positif. Pendant deux jours les soirées continuent, jusqu'à la contamination de tout le personnel, et la fermeture de l'établissement. Le reste de la station continue la fête après le ski, les remontées mécaniques restent ouvertes malgré l'obligation de fermer la station.

Quatre plaintes contre l'Etat autrichien ont été déposées par plusieurs plaignants, dont la famille d'un homme qui a succombé au coronavirus.