DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : la nouvelle carte des restrictions de voyage en Europe

Archives : la frontière entre la Grèce et la Bulgarie, le 6 juillet 2020
Archives : la frontière entre la Grèce et la Bulgarie, le 6 juillet 2020   -   Tous droits réservés  Giannis Papanikos/AP Photo
Taille du texte Aa Aa

La liberté de circulation des citoyens est l'un des piliers de l'Union européenne. Face à l'épidémie de Covid-19, les pays européens avaient fermé ce printemps leurs frontières en ordre dispersé, sans réelle position commune sur les critères adoptés. Pour éviter cette cacophonie, alors que plane l'ombre d'une deuxième vague, l'UE a mis en place des recommandations pour coordonner les règles en matières de restrictions de voyage.

Première mesure concrète, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a publié un jeu de données croisées pour mettre en place une grille de lecture commune et construire une carte. Ces données reposent sur deux critères pour classer les pays :

  • le taux de nouveaux cas par 100 000 habitants au cours des 14 derniers jours,
  • et le taux de tests positifs, suivant qu'il est supérieur ou inférieur à 4%

Il en résulte une cartographie, détaillée jusqu'au niveau régional, dont l'objectif est de définir les zones à risques, reposant sur l'utilisation de trois couleurs. Des pays de l'Espace économique européen, comme la Norvège ou l'Islande, sont également concernées par ce dispositif.

Ainsi, les voyageurs en provenance d'une zone orange ou rouge peuvent se voir imposer, à l'arrivée dans un autre pays, des mesures restrictives. A l'inverse, ceux venant d'une zone verte peuvent circuler librement.

Au total, 15 pays de l'UE, dont la France et l'Espagne, apparaissent totalement en rouge, tout comme le Royaume-Uni et l'Islande. Le Portugal et la Bulgarie sont, eux, majoritairement en rouge, une ou plusieurs régions de ces deux pays étant en orange.

La Finlande, L'Allemagne et la Grèce sont les trois pays de l'UE où se trouvent le plus de régions en vert. La Norvège appartient également à cette catégorie. Les pays baltes sont intégralement en orange, tout comme Chypre.

L'Italie, pays qui avait été le premier frappé en Europe et l'un des plus lourdement, est pratiquement tout en orange. Si deux régions, la Vallée d'Aoste et la Ligurie, sont en rouge, la région de Naples, la Campanie, est classée en vert. L'Organisation mondiale de la Santé avait d'ailleurs salué, fin septembre, Rome pour ses mesures prises pour ralentir la courbe de l'épidémie.

Pour être classée en vert, une région doit cumuler moins de 25 nouveaux cas par 100 000 habitants au cours des deux dernières semaines et un nombre de tests positifs inférieur à 4%.

Elle est en rouge lorsque le nombre de nouveaux cas sur deux semaines dépasse les 50 et que le taux de cas positifs dépasse les 4%, ou bien quand le critère des nouveaux cas dépasse 150.

La catégorie orange regroupe deux cas : les régions avec moins de 50 cas par 100 000 habitants mais un taux de tests positif supérieur à 4%. Ou des nouveaux cas compris entre 25 et 150 par 100.000 habitants mais un taux de tests positifs inférieur à 4%.

Toutefois, bien que les ministres des Affaires européennes se soient entendus pour adopter des mesures communes, cette carte n'est pas contraignante, Il s'agit plus d'une recommandation. Elle doit être actualisée toutes les semaines, selon le compromis décidé mardi à Luxembourg.