DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Roms en Albanie : "partout où on va, les portes se ferment !"

euronews_icons_loading
Roms en Albanie : "partout où on va, les portes se ferment !"
Tous droits réservés  Bela Szandelszky/2020 The Associated Press
Taille du texte Aa Aa

L'Albanie a présenté un plan d'aide pour la communauté Rom dans le cadre de sa candidature à l'UE. Mais sur le terrain, tout reste à faire selon les militants.

Améliorer les conditions de vie de la communauté Rom, c'est un des engagements de l'Albanie dans sa demande d'adhésion à l'UE. Mais sur le terrain, les familles concernées se disent délaissées par l'Etat. C'est le sentiment de Merita Shaqiri qui a élevé ses huit enfants sans aucune aide publique.

"Partout où l'on va les portes se ferment. Oubliez ce qu'ils disent. Aucune institution ne nous aide, ils ne nous donnent pas à manger, ils ne nous donnent rien", dit Merita Shaqiri.

"Partout où l'on va les portes se ferment"

Le mari de Merita a des problèmes de santé et ne peut pas travailler. La famille vit en mendiant et en fouillant les poubelles pour trouver de la nourriture et des objets à revendre. Un seul des enfants est scolarisé. Des militants comme Matea Rexhepi s'efforcent de leur venir en aide.

"Parmi les problèmes que rencontrent ces familles, on peut citer l'éducation et le chômage. Mais un des problèmes les plus urgents est l'accès aux services de santé. 68 % des femmes roms n'y ont pas accès. Les femmes ne sont donc pas informées des services fournis par les institutions et une cause majeure est la discrimination. Elles se sentent mises à part", explique-t-elle.

L'accès aux soins, une des urgences

L'accès aux soins, c'est un des volets du plan national sur cinq ans présenté par le gouvernement albanais dans le cadre de son accord pour devenir un pays candidat à l'Union européenne.

"Selon les chiffres officiels les plus récents, environ 8 000 Roms vivent dans des communautés comme celle-ci en Albanie. Mais le Centre européen pour les droits des Roms affirme qu'ils sont quinze fois plus nombreux", précise notre correspondante en Albanie, Ortensa Buddla.

Changer le regard de la société albanaise sur la communauté Rom c'est l'autre grand défi à relever pour le pays.

"C'est dans leur mentalité de vivre comme ça. On voit qu'ils sont systématiquement contrôlés dans beaucoup d'endroits", réagit ce passant.

Merita affirme avoir renoncer à demander de l'aide à l'Etat. Elle redoute à présent l'avenir pour ses enfants et petits-enfants.