EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

In extrémis, le Mexique accepte de partager l'eau de ses rivières avec les Etats-Unis

In extrémis, le Mexique accepte de partager l'eau de ses rivières avec les Etats-Unis
Tous droits réservés Archivbild
Tous droits réservés Archivbild
Par Laurence Alexandrowicz
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Trois jours avant la date limite, le Mexique a respecté un accord sur l'eau, vieux de 76 ans, qui l'engage à partager l'eau de ses rivières avec les Etats-Unis. Mais cette année les paysans mexicains s'y sont opposés, inquiets de manquer d'eau pour leurs cultures, en plein réchauffement climatique.

PUBLICITÉ

 Les relations entre le Mexique et les États-Unis ne sont pas un long fleuve tranquille, et cette fois, les tensions sont liées à un sensible accord sur l'eau. Trois jours avant la date limite, le Mexique a tenu ses engagements de livrer de l'eau à son puissant voisin. Le traité sur l'eau qui date de 1944 , établit que le Mexique doit livrer tous les cinq ans environ 2 160 millions de mètres cubes aux États-Unis pour les rivières qu'ils partagent à la frontière. Les Mexicains reçoivent près de quatre fois plus.

Les agriculteurs mexicains font barrage à l'accord

Seulement cette année l'accord a fait l'objet de querelles internes : les paysans mexicains de l'Etat du Chihuahua s'y sont opposés, car ils ont peur de manquer d'eau pour leurs cultures. Ils assurent qu'ils ne disposeront, avec ce partage des ressources, que de 30% de l'eau nécessaire au cycle agricole.

Les tensions ont été très vives, une manifestante a même été tuée par la police, et elles risquent de se reproduire, car le réchauffement climatique menace aussi la région, et l'avenir des agriculteurs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mexique : la caravane de migrants progresse vers les États-Unis

Russie : le journaliste américain Evan Gershkovich condamné à 16 ans de prison pour "espionnage"

Donald Trump investi par le parti républicain