DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Un nouveau système de coaching veut prendre soin de tous les aspects de la vie des plus de 65 ans

euronews_icons_loading
euronews
euronews
Taille du texte Aa Aa

Nous voulons tous rester en forme le plus longtemps possible. Un nouveau système de coaching personnalisé est en cours de développement dans le cadre d'un projet de recherche européen appelé NESTORE. Il s'adresse aux plus de 65 ans et a pour but de les maintenir en bonne santé physique et mentale.

À Schiedam aux Pays-Bas, Cor Heukels, 66 ans, est l'un des 30 Néerlandais volontaires pour ce test. Ce jour-là, la scientifique Canan Ziylan lui apporte chez lui les appareils qui enregistreront différents aspects de sa vie : son alimentation, ses contacts sociaux, ses capacités cognitives, son sommeil et son état de forme.

Cette technologie dont le développement est soutenu par l'Union européenne permet de sensibiliser les personnes âgées à l'intérêt de rester actives.

"On estime avoir maintenant, tous les éléments pour adopter cette approche globale, mais il nous reste à voir si ce système est accepté par les seniors eux-mêmes et s'ils l'aiment ou pas," explique Canan Ziylan, chercheur à l'Université des Sciences appliquées de Rotterdam, l'une des institutions partenaires du projet.

Un capteur sur le réfrigérateur

La technologie collectera de nombreuses données. Par exemple, Cor Heukels dira à Nestore ce qu'il mange tandis qu'un capteur sera placé sur son réfrigérateur.

"Donc on installe ce capteur sur le réfrigérateur," nous montre Canan Ziylan, "il va compter le nombre de fois où l'on ouvre et à quelle heure on l'ouvre : comme cela, on peut évaluer les habitudes alimentaires."

Cor Heukels est en bonne santé. Il dit entamer le test avec l'esprit ouvert. "Je n'ai pas l'intention de changer totalement mon mode de vie, je dois être attentif à ce que préconise le système et en tenir compte," dit-il avant de tempérer : "Mais cela ne veut pas dire que je vais changer toutes mes habitudes, ce ne serait pas une bonne idée."

"Le caractère intuitif est fondamental"

C'est à l'École polytechnique de Milan que NESTORE est développé. Les capteurs connectés enregistreront nos faits et gestes et nous feront ensuite un retour sur la manière dont nous pouvons améliorer notre mode de vie. Le défi consiste à adapter ces outils à un public âgé de plus de 65 ans.

"Nous avons essayé de comprendre comment les personnes âgées agissent et interagissent avec cet objet," précise Martina Scagnoli, chercheuse associée au sein de cet établissement, "pour connaître les mouvements qu'elles font et pouvoir adapter notre bracelet connecté."

Développer un système qui permette une approche globale en surveillant l'état physique et mental de la personne sans être invasif est loin d'être évident. Il faut par exemple s'assurer qu'il soit facile d'utilisation.

"La facilité d'utilisation est un concept à la fois, simple et complexe," fait remarquer Giuseppe Andreoni, professeur de design biomédical design à l'École polytechnique. "Il ne s'agit pas nécessairement de réduire le nombre de boutons, mais plutôt de réfléchir au type d'interaction, au caractère intuitif et de faire en sorte que cet objet fonctionne exactement comme prévu et donc ce caractère intuitif de l'interaction est fondamentale," estime-t-il.

"S'appuyer sur les expériences des utilisateurs"

Aux Pays-Bas, nous retrouvons Cor Heukels à son club d'activités. L'équipe du projet NESTORE a hâte d'avoir le verdict des volontaires sur son système et sur l'aide qu'il leur apporte vraiment.

"Bien entendu, nous en tant que professionnels et chercheurs, on estime que l'approche globale est la meilleure," indique Canan Ziylan, chercheuse de l'Université des Sciences appliquées de Rotterdam.

"Mais est-ce que les participants eux-mêmes vont penser la même chose ? Donc on ne se fait pas d'idée préconçue," assure-t-elle avant d'ajouter : "En s'appuyant sur les expériences des utilisateurs, on pourra analyser les résultats et faire des recommandations."

NESTORE est actuellement testé par 90 volontaires aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne sur une période de trois mois.