DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : les hôpitaux européens dos au mur

euronews_icons_loading
Covid-19 : les hôpitaux européens dos au mur
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

La pandémie de Covid-19 met à rude épreuve les services hospitaliers, dans les pays européens. Ici, en Belgique, comme à d'autres endroits, les unités de soins intensifs se remplissent bien trop vite et arrivent à saturation. Les personnels médicaux sont désormais confrontés à des choix difficiles.

"On doit faire des tris de patients", note Xavier Muschart, chef de service à l'hôpital de Namur. "C'est-à-dire sélectionner les patients qui doivent attendre - parfois plusieurs heures ou plusieurs jours - pour des soins. On doit "s'adapter" à un manque de ressources criant - infirmier, par exemple - par rapport à une charge de travail extrêmement démesurée comme dans tout type de médecine de catastrophe que nous connaissons d'un niveau international".

La pression s'accentue sur les professionnels de santé, mais beaucoup d'entre eux ne décolèrent pas. Il y a eu la déception du Ségur de la santé, entre démissions en série et sous-effectifs, en France. Les manifestations se multiplient aussi en Belgique et en Suisse, où la baisse des salaires ne passe pas.

"On n'en peut plus, on est fatigués", lance Aurélie Daigre, infirmière en soins intensifs. "On manque d'effectifs au travail. Je travaille en soins intensifs pédiatriques et on doit revenir sur nos congés tout le temps et on apprend en plus qu'on va nous baisser nos salaires, perdre un pourcentage et c'est inadmissible pour nous".

L'Italie, qui a été l'un des pays les plus durement touchés par la première vague, bien avant d'autres, voit surgir la deuxième en étant mieux préparée : les autorités sanitaires ont d'ores et déjà renforcé les capacités des services de soins intensifs, et revu à la hausse leurs approvisionnements en équipements médicaux.

En Croatie, un stade a été transformé en hôpital de campagne, alors que le nombre de contaminations se multiplie dans le pays. Les 27 tentent chacun de faire face au rebond épidémique et certains renforcent les mesures restrictives, dont les effets ne pourront pas être tangibles avant plusieurs semaines.