DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La menace terroriste pèse sur les Européens, "peu importe la laïcité ou les caricatures"

euronews_icons_loading
La menace terroriste pèse sur les Européens, "peu importe la laïcité ou les caricatures"
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Conflans-Sainte-Honorine, en banlieue parisienne, la cathédrale de Nice sur la côte d'Azur, et le centre ville de Vienne en Autriche. Ces trois attaques terroristes ont été fomentées par des islamistes radicalisés.

Les réactions ont été vives parmi les dirigeants européens.

"C'était une attaque de haine, contre nos valeurs et contre notre mode de vie", a expliqué le chancelier autrichien Sebastian Kurz, "une attaque contre la démocratie où tous les gens sont égaux en droits et en dignité."

Et le président français Emmanuel Macron de renchérir :

"Je pense que cette attaque n'a rien d'innocent. Elle dit la volonté de nos ennemis de s'attaquer à ce qu'est l'Europe, cette aire de liberté, de culture et de valeur. Et donc, nous ne céderons rien."

Les experts de la lutte anti-terroriste sont eux aussi unanimes : le terrain de jeu des djihadistes est désormais continental et c'est l'Europe démocratique qui est visée.

Pour Cédric Mas, avocat et président de Président de l’Institut Action Résilience, "cela montre bien que la menace est européenne, peu importe la question de la laïcité, des caricatures, etc. Ce sont tous les pays européens qui sont concernés aujourd'hui. C'est toute l'Europe qui est ciblée par des efforts convergents d'organes étatiques ou non étatiques qui cherchent à créer du chaos et de la division pour neutraliser l'action internationale des démocraties."

Et preuve que le discours d'Emmanuel Macron a dû mal à passer en Europe et dans le monde musulman, après son interview à la chaîne Al Jazeera la semaine dernière, le président français a adressé lundi au Financial Times une tribune pour dénoncer les amalgames. Il souligne que la France ne se bat pas contre la religion musulmane, mais contre "le séparatisme islamiste".

Mais si la cible a bien été identifiée, les Européens sont loin de parler d'une seule voix dès qu'il s'agit de coordonner la lutte contre l'Islamisme radical.

Anelise Borges, correspondante internationale d'Euronews, explique :

"La France a renforcé son dispositif d'alerte anti-terroriste et Emmanuel Macron a rappelé sa détermination à pourchasser les terroristes et à contrecarrer les idées des islamistes radicaux. La question est maintenant de savoir si cette lutte peut se traduire concrètement au niveau européen. De nombreux observateurs européens pensent que cela sera très compliquer à réaliser".

Pour Claude Moniquet, du Centre européen pour le renseignement stratégique et la sécurité, fondé en 2002 et installé en Belgique, "toute décision européenne devrait passer par le Parlement européen et au lieu d'être confronté à un parlement national, nous aurons des pays qui n'ont pas la même vision des choses avec des groupes politiques qui sont antagonistes qui vont prendre cette matière comme un levier politique plutôt que comme une question à régler de manière pragmatique."

Selon le site du parlement européen, "la réponse au terrorisme doit être européenne et passer par la coopération entre les États membres, même si la lutte contre la criminalité et le terrorisme relèvent essentiellement de la compétence nationale.

Les députés et les ministres européens ont décidé des lois européennes les plus importantes contre le terrorisme. Le Parlement surveille le respect des droits fondamentaux et de la protection des données, ce qui est particulièrement important dans un contexte de crise et d’urgence.

La sécurité en Europe est une priorité commune des institutions européennes. La stratégie de l'UE sur l'union de la sécurité de la Commission européenne a pur but de faciliter la coopération entre les Etats membres pour : lutter contre le terrorisme, la radicalisation, le crime organisé et la cybercriminalité. L'Union européenne travaille également au renforcement de la sécurité extérieure grâce à une meilleure coopération avec des pays."