DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Entre guerres et pluies diluviennes, le patrimoine yéménite en danger

euronews_icons_loading
Vue aérienne de la ville de Chibam, dans le gouvernorat d'Hadramaout - Yémen -  le 17 octobre 2020
Vue aérienne de la ville de Chibam, dans le gouvernorat d'Hadramaout - Yémen - le 17 octobre 2020   -   Tous droits réservés  -/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Au Yémen, des bâtiments classés au patrimoine de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) sont menacés par des catastrophes naturelles.

Surnommé le "Manhattan du Désert" pour ses grattes ciels en argile dans un paysage de Grand Canyon, la ville de Chibam a été endommagée par des pluies diluviennes.

Des responsables locaux ont appelé à l'aide pour restaurer le grand palais blanc de Seyoun.

"Cette énorme bâtisse est considérée comme l'un des plus importants bâtiments en terre du Yémen, peut-être même de la péninsule arabique", déclare Hussein Aidarous, directeur général de l'Autorité des antiquités et des musées d'Hadramout.

D’avril à septembre, le pays a enregistré des records de pluviométrie, mettant en péril des sites historiques. Déclenchant des crues, elles ont tué des dizaines de personnes selon les derniers chiffres de l'ONU.

"En raison de sa taille et de sa vétusté, ce bâtiment a subi de nombreux dégâts principalement causés par les pluies. Les constructions en terre absorbent l'eau de pluie", ajoute Hussein Aidarous.

Architecture en argile

Les autorités yéménites tentent de parer au plus urgent, avec l'assistance financière de l'UNESCO. Aux abords de la vallée inondable de Hadramout où prospère une vaste oasis, Chibam est restée loin du conflit opposant depuis 2014 le gouvernement aux rebelles Houthis qui se sont emparés de la capitale Sanaa et d'une bonne partie du nord du pays.

"Avec les conflits récurrents dans le pays, la direction du musée a pris une série de mesures. Nous avons caché des objets importants dans des endroits secrets, par crainte de pillages et de dégâts causés par la guerre", confie Said Baychout, directeur du musée Seyoun.

Chibam est un témoin vivant de l'architecture en argile de la vallée de Hadramout, qui a été le berceau de nombreuses civilisations anciennes. Située sur un éperon rocheux, elle est protégée par un rempart rectangulaire, qui lui offre une rare densité urbaine. Ses demeures de sept à huit étages ne sont séparées que par d'étroites ruelles.

Chibam n'est pas une ville musée, mais une cité habitée depuis l'Antiquité.Sur ce site datant du XVIe siècle, au moins quatre maisons de plusieurs étages ont été complètement détruites et 15 autres ont été endommagées.

La cité de Tarim, à l’est de Chibam, est également en péril, Elle était le centre théologique et universitaire de Hadramout. La cité est connue pour ses 365 mosquées dont celle d’Al-Mehdar, dominée par un minaret d’argile de 46 mètres, le plus élevé du Yémen.

Les pluies torrentielles ont également endommagé de nombreux sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco à Sanaa.