DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

De la Maison Blanche au golf, Donald Trump s'entête

euronews_icons_loading
De la Maison Blanche au golf, Donald Trump s'entête
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Le président Donald Trump quittant la Maison Blanche pour se rendre sur un terrain de golf... C'est là qu'il semble se sentir le plus à l'aise depuis l'élection du 3 novembre. Donald Trump n'a toujours pas reconnu sa défaite. Mais, par petites touches, ou lapsus successifs, il l'évoque de plus en plus.

Dimanche matin, au milieu d'une longue série de tweets et de retweets colériques, il a, pour la première fois, mentionné explicitement la victoire de Joe Biden.

"Il a gagné parce que l'Election était truquée", a-t-il écrit avant de dire une nouvelle fois qu'il y avait eu des fraudes massives, sans qu'aucun élément concret ne vienne accréditer sa thèse.

Euronews /Twitter
Tweet de Donald Trump, 16 novembre 2020Euronews /Twitter

Un peu plus d'une heure plus tard, après avoir donc évoqué la victoire de son adversaire démocrate, il a reçu une avalanche de réactions à son message, et il a, comme il le fait souvent, donné un grand coup de barre dans l'autre sens.

"Il a seulement gagné aux yeux des MEDIAS FAKE NEWS", a-t-il écrit. "Je ne concède RIEN! La route est encore longue. L'élection était TRUQUEE!".

Le président élu Joe Biden, lui, a été vu quitté un service religieux dimanche sans faire aucun commentaires à propos des tweets de Trump.

Vendredi, les responsables électoraux ont déclaré que le vote était "le plus sûr de l'histoire américaine" et qu'il n'y avait "aucune preuve que des votes aient été supprimés, perdus ou changés de quelque manière que ce soit".

Joe Biden a facilement dépassé le seuil des 270 votes électoraux pour remporter la présidence, il en a obtenu 306, et mène le vote populaire de plus de cinq millions de personnes.

Samedi, des milliers de partisans de Trump ont manifesté à Washington DC pour soutenir ses accusations de fraude.

Les manifestants ont été rejoints par des membres de groupes d'extrême droite, dont les Proud Boys, certains portant des casques et des gilets pare-balles.

Bien qu'en grande partie pacifique, ces rassemblements ont été émaillé de quelques violences entre partisans de Trump et contre-manifestants.