EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

À Liverpool, un programme pilote de dépistage massif du Covid-19

À Liverpool, un programme pilote de dépistage massif du Covid-19
Tous droits réservés from Euronews video
Tous droits réservés from Euronews video
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Cette ville d'Angleterre propose de tester tous les habitants, y compris les enfants à partir de 11 ans.

PUBLICITÉ

À Liverpool, les collégiens et lycéens participent à un programme de dépistage massif du Covid-19. Deux tests à 10 jours d'intervalle. Une expérience plutôt bien accueillie par Joanne :

« C'est une excellente idée, dit cette mère de famille. C'est pour la sécurité de chacun. Cela ne prend que quelques minutes, ça ne coûte rien, et c'est largement accessible à Liverpool, quasiment sur votre palier. »

L'armée mobilisée pour mener la campagne de tests

Sur de nombreux sites dans cette ville anglaise, l'armée a été mobilisée pour mener les tests. C'est la première phase d'une campagne pilote baptisée opération « Moonshot ». Et la population y est globalement favorable.

Interrogé sur les réserves de ceux qui trouvent cette campagne inutile, un homme répond :

« C'est stupide. Je viens de perdre ma fille qui avait le coronavirus, c'était il y a trois semaines. Alors ceux qui pense cela sont des idiots. »

« Je n'ai pas de symptômes mais je viens parce que je veux participer à la campagne de Liverpool », confie une habitante.

Des médecins et scientifiques sceptiques

La municipalité estime que tester massivement les habitants du comté de Merseyside contribuera à rompre la chaîne de transmission, mais certains scientifiques n'en sont pas convaincus et estiment que certains des tests utilisés produisent une forte proportion de faux positifs et de faux négatifs.

Pour le docteur Mike Gill, ancien directeur de la santé publique, les campagnes de dépistage massif doivent s'intégrer dans un programme pensé et abouti, or d'après lui, c'est c’est là que le bât blesse.

« Ils ont été pris dans un emballement, une forme de propagande, pour des raisons tout à fait compréhensibles, assure-t-il. Mais on ne sait pas très bien quel est l'objectif, comment tout cela va être mesuré et quelles mesures seront prises par la suite. Peut-être que d'ici trois ou quatre semaines, nous ne verrons toujours pas en quoi ce programme de dépistage massif apporte quelque chose de plus, il se peut même qu'il soit contre-productif. »

Paul Brant, le conseiller municipal de Liverpool en charge de la santé,  explique quant à lui qu'il s'agit avant tout de prévention.

« C'est une opportunité pour essayer de détecter les foyers d'infection parmi les habitants, dit-il. Nous essayons tous de trouver les meilleurs moyens et le meilleur équilibre entre la nécessité de poursuivre nos vies en société et de le faire sans que cela implique des risques inconsidérés. »

La question de la fiabilité des tests rapides pratiqués se pose aussi. Mais Liverpool plaide la bonne foi et espère que cela permettra de freiner la propagation du virus dans la commune.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

COVID-19 : Rishi Sunak défend son action et relativise son rôle

Royaume-Uni : Boris Johnson attaqué par ses anciens conseillers pour sa gestion du Covid-19

Etats-Unis : les démocrates font pression sur Biden pour qu'il réévalue sa candidature