DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

"Peseta solidaria" : les vieilles pièces pour lutter contre la faim

euronews_icons_loading
L'objectif de "Peseta Solidaria" est de récolter 12 millions d'euros
L'objectif de "Peseta Solidaria" est de récolter 12 millions d'euros   -   Tous droits réservés  Lucia Riera, Euronews
Taille du texte Aa Aa

Pesetas, duros ... les plus jeunes ne se souviennent pas de l'ancienne monnaie espagnole, mais beaucoup d'habitants en ont encore chez eux, qu'ils aient oublié de la changer ou qu'ils la garde par nostalgie. Ces veilles pièces et ces anciens billets peuvent toutefois toujours être convertis en euro, et l'association "Peseta solidaria" a décidé d'en faire bon usage.

Pour faire don de sa vieille monnaie, il suffit de s'inscrire sur le site web de l'association. Les membres collectent ensuite les pièces directement chez les habitants, puis les changent en euro. L'argent est ensuite reversé à la Banque alimentaire.

Pour la fondatrice de l'association, Laura Blanco, c'est une manière "noble et généreuse" de se débarrasser de ses vieilles pesetas : "Malgré la crise, les gens veulent donner quelque chose aux autres, et peut-être qu'ils n'ont pas d'euros, mais ils ont des pesetas, et c'est une façon d'aider. Il y a cette dame qui vit à Getafe, et qui avait une collection de billets de banque que sasœur__ avait laissée pour ses enfants. Ou encore cet homme avait entendu parlé de nous, mais qui n'a ni Internet ni courrier, ni rien. Il a appelé la banque alimentaire et a dit "j'ai huit kilos de pièces, je voudrais les donner".

Il y aurait encore 1,6 milliards d'euros en pesetas dans les foyers espagnols. C'est pourquoi le gouvernement a prolongé le délai pour les convertir en euros, de décembre 2020 à septembre 2021. Ce que salue l'organisation "Peseta Solidaria", car cela leur donnera plus de temps pour développer leur initiative.

L'objectif de l'association est de collecter 12 millions d'euros. Une aide indispensable pour la banque alimentaire, qui a vu sa demande augmenter de 40% cette année en raison de la crise provoquée par la pandémie de COVID-19.

Le profil des personnes aidé a également beaucoup changé, comme l'explique Mila Benito, directrice marketing de la Banque alimentaire : "_Ce sont des gens qui travaillent et qui sont dans la pauvreté, ce qui est encore pire, car ils ont des salaires tellement bas qu'ils ne parviennent pas à joindre les deux bouts. Plusieurs fois, j'ai parlé à des personnes qui m'ont dit qu'elles étaient bénévoles à la banque alimentaire et qu'elles aidaient les autres, mais maintenant elles appellent parce qu'elles ont besoin de cette aide. Et il y a un problème supplémentaire, c'est qu'il y a eu la crise de 2008, donc il n'y a plus d'économies dans les famille_s".

Même avant la pandémie, 350 000 personnes vivaient en situation de pauvreté rien qu'à Madrid. La Banque alimentaire craint que cette situation continue de s'aggraver dans les prochains mois.