EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Union Européenne : le front commun de Budapest et Varsovie

Union Européenne : le front commun de Budapest et Varsovie
Tous droits réservés MTI/Miniszterelnöki Sajtóiroda/Fischer Zoltán
Tous droits réservés MTI/Miniszterelnöki Sajtóiroda/Fischer Zoltán
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les premiers ministres hongrois et polonais poursuivent leur bras de fer face à Bruxelles au sujet de l'Etat de droit.

PUBLICITÉ

La Pologne et la Hongrie s'enferrent dans leur position sur l'Etat de droit, face à Bruxelles.

Les Premiers ministres des deux pays ont décidé de faire front commun ce jeudi, à Budapest, dans le cadre des discussions prévues dans ce dossier. Après avoir mis leur veto au plan de relance et au budget européen, ils demandent à résoudre le blocage en deux temps : d'abord obtenir les fonds, et évoquer ensuite les questions démocratiques.

"Ce n'est pas la voie à suivre", soutient le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, "car elle mène à la désintégration et à l'éclatement de l'UE. Nous voulons empêcher cela, donc nous devons décliner cette logique".

Le débat sur l'État de droit n'a pas à être à l'ordre du jour, estime aussi Viktor Orbán.

"Il est impossible de lier le débat sur l'État de droit et le problème économique urgent, qui est la gestion de la crise", assure Viktor Orban. "Celui qui relie ces deux choses est irresponsable, car il faut prendre rapidement des décisions économiques au moment d'une crise".

Bruxelles, de son côté, estime que Budapest et Varsovie s'isolent par leur posture, et ne compte pas revenir sur le mécanisme qui conditionne l'obtention des fonds au respect de l'Etat de droit.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Pologne et la Chine inaugurent leur première liaison ferroviaire commerciale

La Pologne et l'Ukraine signent un accord bilatéral de sécurité

La Pologne et la Lituanie font appel à l'UE pour protéger leurs frontières