DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

IVG : un siècle après le droit de vote, les Polonaises réclament le droit de choisir

euronews_icons_loading
IVG : un siècle après le droit de vote, les Polonaises réclament le droit de choisir
Tous droits réservés  Czarek Sokolowski/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

A Varsovie, les manifestants, principalement des jeunes, continuent depuis plus d'un mois de rejeter la nouvelle loi sur l'avortement qui interdit l'IVG en cas de malformation grave du foetus.

ne pas être forcée de donner naissance à un bébé mort

Le rassemblement s'est tenu à une date symbolique, le 102e anniversaire du droit de vote pour les Polonaises.

"La grève des femmes en Pologne fait l'objet d'une véritable attaque en ce moment, explique la députée écologiste Urszula Zielińska, et c'est donc la meilleure preuve que les femmes doivent encore se battre pour leurs droits humains fondamentaux, par exemple ne pas être forcées de donner naissance à un bébé mort, en étant obligées de le porter pendant neuf mois dans leur ventre".

Des Polonais très conservateurs

Pourtant ces manifestants sont une minorité. Une loi stricte sur l'avortement est plutôt bien admise dans ce pays catholique et conservateur par une majorité silencieuse. Seuls 22% des Polonais sont en faveur de l'avortement sur demande, selon un sondage réalisée le mois dernier. 11% sont pour une interdiction totale.

Sous le régime communiste les avortements, autorisés, avaient lieu en masse, faute de moyens de contraception, ou d'inefficacité des traitements. Après la chute du communisme le renouveau religieux a permis à l'Eglise, face à un Etat plutôt faible, de peser sur la loi sur l'avortement. Elle était déjà avant son durcissement l'une des plus strictes d'Europe.