DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Italie : grâce au télétravail, les "déserteurs des villes" dynamisent les campagnes

euronews_icons_loading
Illustration - À Monte Pora, photo prise le 23 avril 2020, Italie
Illustration - À Monte Pora, photo prise le 23 avril 2020, Italie   -   Tous droits réservés  Luca Bruno/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

La crise du Covid-19 a poussé de nombreux Italiens à quitter les zones urbaines pour s'installer à la campagne. Ces "déserteurs des villes", qui continuent leur activité professionnelle grâce au télétravail, apportent un second souffle aux localités reculées, frappées par des années d'exode rural. Reportage de notre correspondante Giorgia Orlandi, en Lombardie.

S'assurer d'avoir une connexion internet était à peu près la seule préoccupation de Giaccomo quand il a décidé de quitter Milan, après y avoir vécu 40 ans, pour s'installer à San Simone, un village de montagne situé à deux heures de la capitale lombarde.

Il se définit comme un "déserteur de ville", c'est à dire une personne "qui peut garder l'expérience urbaine dans une forme qui n'est pas typiquement urbaine" grâce au télétravail.

Selon lui, la pandémie de Covid-19 a opéré un changement de la ville telle que nous la connaissons traditionnellement, l'influence urbaine s'étendant désormais au-delà des métropoles.

Depuis le mois de septembre, de plus en plus de citadins ont pris contact avec les autorités locales de Valleve, où se situe San Simone, dans le but de s'y installer. La localité, qui compte 130 âmes, reçoit "une à deux demandes par jour ce qui est beaucoup pour nous" constate le maire Gianfranco Lazzarini. "Nous essayons de répondre aux demandes en offrant la dernière génération de technologie wifi pour permettre à ces personnes de faire du télétravail" explique-t-il.

Les "déserteurs des villes" permettent aussi de relancer le tissu économique rural en étant une nouvelle source de revenus, à l'heure où le tourisme est en berne à cause de la pandémie.

"Nous avons besoin de plus de familles qui ont des enfants et de personnes qui peuvent travailler ici en étant loin de leurs bureaux" indique Astrid Pedretti, cheffe d'entreprise dans la localité. "Tout ne changera pas immédiatement mais nous sommes patients, tout ceci n'est pas négatif" confie-t-elle.