DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Au Royaume-Uni, lancement de la campagne de vaccination, 314 jours après le premier cas

euronews_icons_loading
Au Royaume-Uni, lancement de la campagne de vaccination, 314 jours après le premier cas
Tous droits réservés  Hans Pennink/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Dans chaque conteneur réfrigéré, 975 doses du précieux vaccin… Au Royaume-Uni, une cinquantaine de centres hospitaliers ont pour l'heure été approvisionnés pour administrer les 800 000 premières injections. Le pays est le premier en Europe à entamer une campagne de vaccination.

Priorité aux personnes âgées

D'après le NHS, les patients de plus de 80 ans qui ont rendez-vous dans un centre hospitalier se verront proposer une vaccination, et il en sera de même pour tout patient ayant été hospitalisé. Il a aussi été demandé aux maisons de retraite de faire vacciner leur personnel.

Levé aux aurores pour être sur le pont en cette journée cruciale, l'immunologue Peter Openshaw se félicite de l a réactivité britannique.

« C'est vraiment fantastique d'être passés de la découverte du virus à la première injection d'un vaccin approuvé en moins d'un an, confie-t-il. C'est la preuve de la vitesse à laquelle la science peut travailler et de la vitesse avec laquelle les régulateurs, les responsables politiques, les donateurs et toutes les personnes impliquées peuvent coopérer pour parvenir à ce résultat. »

Des contraintes logistiques considérables

Les contraintes logistiques n'en sont pas moins considérables. Le virologue Gary McLean en sait quelque chose. Lui et son équipe doivent veiller à conserver à moins 70 degré le vaccin de Pfizer/BioNTech. Pas simple non plus de fractionner les lots ou de les transporter. Tout cela nécessite la plus grande vigilance.

« Je suis inquiet des difficultés qui accompagnent ce vaccin en particulier mais d'autres arriveront bientôt, se rassure-t-il. Je pense que le gouvernement a en quelque sorte fait un pari, en considérant qu'il fallait ce vaccin-là le plus tôt possible, dès qu'il était prêt. L'an prochain, nous passerons probablement à des formats de vaccins différents qui n'auront pas les mêmes conditions de stockage. »

Les établissements pour personnes âgées dépendantes ont été désignés comme étant prioritaires. Mais là aussi des questions de logistique se posent, le vaccin ne pouvant être gardé que cinq jours au réfrigérateur.

« Je ne sais pas ce qu'il en sera en termes de distribution et d'organisation, mais nous espérons pouvoir vacciner nos résidents dès que possible », assure Anna Selby, responsable des Sunrise care homes.

Pays d'Europe le plus meurtri par la pandémie, le Royaume-Uni est aux avant-postes de la vaccination, 314 jours précisément après la confirmation de son tout premier cas de coronavirus.