DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les hôtels de Madrid adaptent leur offre aux clients locaux

euronews_icons_loading
Clients at a reception desk in Madrid
Clients at a reception desk in Madrid   -   Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

C'est un Noël sans touristes à Madrid. Alors pour survivre, les hôtels doivent se réinventer et cibler un nouvelle clientèle.

Dans l'auberge de jeunesse version chic Hat Madrid dont les clients étaient quasiment tous des visiteurs étrangers avant le Covid, il a fallu s'adapter. Désormais, c'est un espace de cohabitation pour Madrilènes confinés en mal de contact humain.

Une « coloc » à l'auberge de jeunesse

« Je pense que ce sentiment de communauté est très important, le fait de ne pas être seul dans les moments un peu plus difficiles, explique le directeur de l'établissement, Alfonso Lopez Roldan. L'auberge offre tous les avantages d'un foyer sans les inconvénients d'un appartement conventionnel. Nous, nous ne demandons pas de caution, de fiche de salaire, ni six mois de loyer d'avance. »

José Ignacio Celorio est un étudiant mexicain. Il est venu à Madrid pour son Master et est l'un des résidents longue durée de l'auberge.

« Pour moi, c'est très avantageux d'avoir la liberté de rester ou de partir et de pouvoir décider de rester une année entière ou six mois », confie-t-il.

Des offres pour les Madrilènes

Autre créneau pour les hôtels : les séjours à la journée et non à la nuitée, pour profiter du restaurant ou en travaillant dans des chambres transformées en lieux de travail et de réunion.

« Nous avons complètement changé notre public cible, nous dit Lydia Perez, responsable marketing de l'hôtel CoolRooms.Avant, nos clients venaient principalement des États-Unis, du Royaume-Uni et de France. Soudainement, ils sont devenus Espagnols, et aujourd'hui, ce sont avant tout des Madrilènes. »

Les hôtels espagnols font des offres très concurrentielles pour maintenir leur activité. Mais avec les restrictions à la mobilité, ce sont les clients locaux qui en profitent, s'offrant un bref séjour dans un établissement de luxe à prix cassés et retrouvant le plaisir de jouer les touristes dans leur ville.

David Gomez et sa compagne habitent à quelques pâtés de maisons mais ils n'ont pas résisté. Cette petite escapade qui n'en est pas vraiment une leur permet de faire une coupure très appréciée.

« C'est le moment de faire quelque chose de différent, dans la limite des restrictions, d'en profiter pour séjourner dans des endroits comme celui-ci en restant en ville, et de tirer le meilleur parti de ce long week-end », se félicite David.

En Espagne, pandémie oblige, l'affluence des visiteurs étrangers a baissé de 80 %. D'après les estimations, le secteur du tourisme devrait perdre 140 milliards d'euros et 700 000 emplois sont compromis. Mais dans la capitale, ce sont les résidents qui sauveront la saison des fêtes de fin d'année.