DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Allemagne, sale temps pour le vin chaud

Par Euronews
euronews_icons_loading
En Allemagne, sale temps pour le vin chaud
Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

Cette année, seule une infime partie de la récolte du vignoble de Meik Dörrschuck, en Rhénanie-Palatinat, finira sur les marchés de Noël. Les Allemands sont pourtant friands de Glühwein. Ils boivent habituellement 50 millions de litres de vin chaud chaque année.

Mais en ces temps de coronavirus, la plupart des marchés de Noël n'ont pas été autorisés à ouvrir et comme Meik Dörrschuck, de nombreux viticulteurs doivent repenser la distribution de leur produit phare des fêtes de fin d'année.

« Pour nous, Noël est la période la plus importante pour les ventes, explique-t-il. Et cette année, nous estimons qu'elles représenteront environ 20 % des ventes habituelles, pas davantage. »

Le Glühwein à domicile

Alors pour écouler ses stocks sans passer par les marchés, la maison Schloßgartenhof a mis sa production en bouteille et propose une édition de Noël aux particuliers : un carton de rouge, de blanc et de rosé, mug et amandes caramélisées incluses.

« En temps normal, un tiers de notre production est destinée au vin chaud haut de gamme, rappelle Stefan Kolb, responsable marketing chez Schloßgartenhof. En ce qui concerne les ventes, nous pouvons nous rattraper avec des produits comme le carton "Marché de Noël à la maison", mais cela ne couvre qu'une toute petite partie des recettes qui découleraient normalement de la vente aux marchés de Noël. »

Les viticulteurs allemands ne sont pas les seuls à tenter de maintenir la tradition du Glühwein. Dans les grandes villes, le vin chaud à emporter a la cote. Une rue de Berlin est même connue comme étant « l'allée du Glühwein », mais la tendance fait l'objet d'un âpre débat politique.

Mercredi, Angela Merkel s'est même directement adressée aux élus du parlement et au public.

Aussi difficile que cela puisse être, et je sais à quel point nous y sommes attachés, installer des stands de vin chaud et de gaufres n'est pas compatible avec l'accord que nous avons conclu, qui est que seuls les produits à emporter et à consommer chez soi sont autorités. J'en suis désolée, je le suis sincèrement, du fond du cœur, mais si le prix à payer est 590 morts par jour, alors, pour moi, cela est inacceptable.
Angela Merkel
Chancelière allemande

Certaines villes ont d'ores et déjà proscrit les stands. Et les commandes au coin de la rue ne se voient plus par endroits que sur les fresques murales…