A Luanda, les mystères du "Palais de fer" où plane l'ombre de Gustave Eiffel

Le Palais de fer à Luanda
Le Palais de fer à Luanda Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Héritage de l'époque coloniale, il serait arrivé en Angola à la fin du XIXème siècle après avoir été installé à Paris lors de l'exposition universelle de 1889, non loin de la célèbre Tour Eiffel.

PUBLICITÉ

Au cœur de Luanda, la capitale de l'Angola, trône "Le Palais de fer", un bâtiment aussi emblématique que mystérieux. 

L'ombre de Gustave Eiffel

Héritage de l'époque coloniale, il serait arrivé démonté dans le pays à la fin du XIXème siècle après avoir été installé à Paris lors de l'exposition universelle de 1889, non loin de la célèbre Tour Eiffel. 

Beaucoup voient d'ailleurs derrière sa structure, en partie métallique, la patte du célèbre ingénieur français. Mais une exposition retraçant l'histoire du Palais semble mettre un terme à cette légende.

"Dans cette exposition, nous mentionnons à plusieurs reprises un architecte renommé d'origine allemande, Otto Greger. C'est lui qui, à ce jour, a réalisé l'étude la plus complète sur le Palais de fer", souligne la conservatrice Arleth Leandro.

Les recherches ont également permis de mettre au jour un morceau de fer original du bâtiment qui semble faire référence à une usine en Ecosse. Un élément qui éloigne un peu plus l'ombre de Gustave Eiffel.

Laissé à l'abandon puis restauré

Sous l'empire colonial portugais, le Palais de fer jouissait d'un important prestige et était utilisé comme Centre d'art. 

Mais après l'indépendance de l'Angola, le bâtiment a été laissé à l'abandon et a subi de graves dommages durant la Guerre civile. Jusqu'à être restauré. Aujourd'hui, ses couleurs illuminent à nouveau Luanda.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No comment : Marc Quinn expose ses oeuvres à Kew Gardens

No Comment : la 26e édition d'Art Paris se tient au Grand Palais Ephémère

Ukraine : reportage à Selydove, où les habitants font face aux frappes russes quotidiennes