EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Affaire Navalny : Poutine s'exonère

Affaire Navalny : Poutine s'exonère
Tous droits réservés Alexander Zemlianichenko/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Alexander Zemlianichenko/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Conférence de presse à distance cette année pour le président russe Vladimir Poutine, qui accuse l'opposant Alexeï Navalny d'être à la solde des Etats-Unis.

PUBLICITÉ

Pas de "grand messe", mais une conférence de presse à distance pour Vladimir Poutine cette année. La pandémie de Covid-19 a imposé de nouvelles modalités pour ce rendez-vous, lors duquel le président russe s'exprime notamment sur les dossiers internationaux. Cette fois, il récuse l'implication du Kremlin dans l'empoisonnement d'Alexeï Navalny, accusant l'opposant d'être à la solde des Etats-Unis.

"Cela ne relève pas d'une enquête, c'est juste la légalisation de documents fournis par les services spéciaux américains", affirme Vladimir Poutine. "Nous savons qu'ils ont recours à la localisation. Nos services spéciaux le savent bien. Si c'est vrai, et je vous assure que c'est vrai, cela veut dire que le patient de cet hôpital de Berlin, [Alexei Navalny], compte sur le soutien des services spéciaux américains. Et si c'est vrai, alors c'est intéressant et le renseignement doit s'occuper de lui. Mai s cela ne veut pas dire qu'il faut l'empoisonner, qui se soucie de lui d'ailleurs ?".

Vladimir Poutine s'est dit certain que des puissances étrangères allaient se livrer à de l'ingérence, lors des élections prévues l'an prochain en Russie, mais assure que Moscou serait capable d'y "résister".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’Union européenne condamne l’arrestation d’Alexeï Navalny

No Comment : un soldat américain condamné à de la prison en Russie

Vladimir Poutine attendu en Corée du Nord