Le Portugal à la tête d'une Union qui doit réussir la campagne de vaccination

Le Portugal à la tête d'une Union qui doit réussir la campagne de vaccination
Tous droits réservés Afp
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

De nombreux chantiers attendent le Portugal, chargé de la présidence de l'Union européenne pour six mois, en premier lieu la campagne de vaccination contre le Covid-19.

PUBLICITÉ

C'est une partition difficile qui attend la présidence portugaise de l'UE les six prochains mois. Lisbonne et Bruxelles vont devoir mettre en pratique les résultats obtenus par la précédente présidence allemande. La pandémie est toujours une menace et l'Union européenne va mettre à l'épreuve ses capacités pour que la campagne de vaccination soit une réussite.

"La peur nourrit le populisme, remarque Antonio Costa, le Premier ministre portugais. Si nous voulons combattre le populisme, nous devons donner confiance aux citoyens. Qu'ils aient confiance pour faire face à leurs peurs. Aujourd'hui, ce que nous craignons tous, c'est le covid-19 et c'est la raison pour laquelle la vaccination est essentielle."

 "La capacité que nous aurons en 2021 de réussir tous ensemble la distribution efficace de vaccins est la condition essentielle d'une nouvelle relance économique et sociale", renchérit Charles Michel, le président du Conseil européen. 

 Le Portugal est ses 10 millions d'habitants déplore lui-même près de 7200 morts liées au virus depuis le début de la pandémie,  et son économie tournée vers le tourisme balnéaire a payé un lourd tribut à la crise. Dans ce contexte, le Portugal milite pour la création d’une Union européenne de la santé dotée d’une meilleure capacité de réaction face aux crises sanitaires et capable de produire et de distribuer des vaccins sûrs tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Europe.

Climat, citoyens, migrations : les autres chantiers

Plusieurs autres chantiers attendent le Portugal. Il va axer sa présidence de six mois sur le développement des transitions climatiques et numériques, mais aussi sur les Hommes de ce continent : le Portugal prévoit un "sommet social" les 7 et 8 mai à Porto pour encourager les pays européens à s’engager à développer les droits sociaux des citoyens européens.

Il entend aussi développer les relations de l'Union avec l'Inde, afin de les diversifier, dans un contexte de tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis.

Autre dossier, les migrations : le Portugal a entamé mardi des consultations avec d'autres pays de l'Union européenne afin d'inventer une nouvelle politique en matière de migration,  épine dans le pied d'une Europe diuvisée sur le sujet entre l'Est et l'Ouest.

Le Portugal travaille sur un concept de "solidarité souple et obligatoire" entre les pays. Cela fera l'objet d'une réunion des ministres de la Justice et des Affaires intérieures de l'UE le 28 janvier.

 D'autres dossiers attendent la présidence portugaise, comme la mise en oeuvre de l'accord du Brexit.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Commission européenne défend sa stratégie vaccinale contre le covid-19

La présidence portugaise de l’UE devra coordonner la réponse des 27 face aux crises

La Moldavie prend de nouvelles mesures contre l'ingérence russe à l'approche du référendum sur l'UE