DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Saxe, les pompes funèbres mises à rude épreuve

euronews_icons_loading
En Saxe, les pompes funèbres mises à rude épreuve
Tous droits réservés  Alvaro Barrientos/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

En Allemagne, la surmortalité liée au Covid-19 met aussi à rude épreuve les services de pompes funèbres, comme cette entreprise familiale située près de Dresde : les demandes y sont quatre fois plus importantes que d'habitude, et les délais pour organiser des obsèques sont portés à un mois en Saxe, le Land le plus touché du pays par la pandémie.

"Le plus souvent, on a dû aller chercher les défunts dans les maisons de retraites", relate Benjamin Wolf, directeur des pompes funèbres. "Parfois, on s'est rendu trois fois par semaine dans le même établissement, voire deux fois dans la même journée. Et on vit des situations qui sont tout simplement éprouvantes. Quand les soignants disent que telle personne, ou telle autre sera la prochaine sur la liste... On voit le personnel de plus en plus épuisé, d'une fois sur l'autre".

Lors de la première, comme de la deuxième vague, les employés des pompes funèbres ont dû se battre pour faire reconnaître leur métier comme un travail essentiel, et avoir accès aux gardes d'enfants, ou aux équipements de protection.

Les crématoriums sont aussi poussés à leurs capacités maximales. La Saxe en compte dix, ainsi que près de 1 700 places en chambre froide. Mais, aujourd'hui, il leur est difficile de suivre le rythme de la demande. Parfois, les cercueils ont été empilés les uns sur les autres, et à d'autres endroits, ils ont dû être déplacés dans des entrepôts improvisés".

A Dresde, l'une des élus en charge des question funéraires réclame une coordination plus centralisée au niveau de l'Etat fédéral.

"Nous examinons toutes les options possibles pour soutenir les pompes funèbres et soulager les établissements de santé", assure Eva Jähnigen, conseillère municipale en charge de l'économie et de l'environnement à Dresde. "Les crématoriums d'autres États nous aident pour les incinérations, et nous conservons également les corps afin de pouvoir effectuer plus tard les crémations".

Certains espèrent que la restriction des contacts et la vaccination limiteront le nombre de victimes, mais l'impact du Covid-19 n'est pourtant pas toujours bien compris.

L'Etat de Saxe déplore plus de 3 000 contaminations chaque jour, et près de 3 800 morts depuis le début de la pandémie.