DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : couvre-feu national sous la neige, la France passe le seuil des 70 000 morts

euronews_icons_loading
Covid-19 : couvre-feu national sous la neige, la France passe le seuil des 70 000 morts
Tous droits réservés  Lewis Joly/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

France : mise en place du couvre-feu anticipé

Peu après 18h, les rues de Pantin encore partiellement recouvertes de neige se vidaient progressivement, mais n'étaient pas encore désertes : des clients se dépêchaient de rentrer avec leurs courses, des familles de regagner leur domicile, un homme transportait son sapin de Noël sur un trottoir enneigé.

Depuis ce samedi le couvre-feu à 18h, déjà en vigueur dans 25 départements, s'étend désormais à l'ensemble du territoire métropolitain et "pour au moins 15 jours", comme l'a annoncé jeudi le premier ministre français Jean Castex.

Les dérogations restent les mêmes qu'auparavant (déplacements professionnels, pour un rendez-vous médical, pour un motif impérieux...) mais les commerces doivent désormais baisser le rideau à 18h. Face à la menace de nouveaux variants plus contagieux du coronavirus, il s'agit pour le gouvernement de "réduire encore davantage les contacts sociaux sur les heures de fin de journée".

Le nombre de nouvelles contaminations reste en effet élevé avec 21 406 cas enregistrés dans les dernières 24 heures, sensiblement le même que ces derniers jours. Par ailleurs, 70 142 personnes sont décédées des suites de la maladie depuis le début de l'épidémie, dont 196 dans les dernières 24 heures, selon les derniers chiffres communiqué samedi par Santé publique France.

Le pays poursuit sa campagne de vaccination. Lundi, la campagne va s'élargir aux personnes de plus de 75 ans ne vivant pas en Ehpad, ainsi qu'aux personnes présentant des pathologies à haut risque (insuffisances rénales chroniques, cancer sous traitement...). Vendredi, 833 centres étaient "ouverts et accessibles à la réservation", a assuré le ministre de la Santé Olivier Véran.

Espagne : pas de nouveau confinement

Le pays a enregistré ces dernières 24h plus de 40 000 contaminations, le chiffre le plus élevé depuis le début de l'épidémie. Le gouvernement espagnol exclut cependant pour l'instant un nouveau confinement pour lutter contre la troisième vague de Covid-19, mais pourrait permettre aux régions d'avancer leur couvre-feu, a annoncé samedi le ministre de la Santé, Salvador Illa.

Cinq régions avaient réclamé cette semaine au gouvernement central de mettre en place un confinement strict, alors que les cas de Covid-19 explosent en Espagne depuis les fêtes et que le pays a dépassé la barre symbolique des 2 millions de cas recensés.

"Pendant la troisième vague, l'état d'urgence a fonctionné et fonctionne. Nous allons continuer à utiliser ces instruments pour surmonter cette troisième vague et si nécessaire nous prendrons des mesures supplémentaires", a déclaré le ministre en conférence de presse. "Nous n'envisageons pas pour l'instant de confinement. Je tiens à le préciser. Nous avons surmonté la deuxième vague sans nouveau confinement."

Face au retard de livraison des vaccins annoncé vendredi par la firme Pfizer, le ministre a annoncé que les pays de l'Union européenne recevraient la semaine prochaine "56% des doses prévues", soit environ 205 000 doses pour l'Espagne.

Priorité sera donnée aux personnes ayant reçu la première dose au début de la campagne de vaccination et ayant maintenant besoin de la seconde dose, a-t-il expliqué.

"La semaine suivante, la prévision est que nous recevions les doses qui étaient prévues", a-t-il promis, estimant que la vaccination avait pris son "rythme de croisière" en Espagne, où 70% des doses reçues ont été administrées. L'objectif du gouvernement est de vacciner 70% des 47 millions d'Espagnols d'ici à l'été.

Autriche : manifestation anti-restrictions

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté pour protester contre les mesures de restrictions du gouvernement. La plupart des participants ne portaient pas de masques et ne respectaient pas la distance réglementaire imposée par la loi. Les forces de l'ordre ont procédé à des verbalisations.

Marco Maier, un représentant des étudiants de 18 ans, a déclaré que ses pairs ne pouvaient plus supporter la pression de l'enseignement à distance et "voulaient juste retourner à l'école". Stéphanie, une employée du secteur du tourisme, est venue de Salzbourg avec son mari pour protester contre les retombées économiques de la fermeture. D'autres ont distribué des tracts mettant en garde contre les vaccinations obligatoires et ont accusé le gouvernement d'installer une dictature.

Le pays vit un troisième confinement depuis la fin décembre . Le chancelier autrichien Sebastian Kurz doit s'exprimer dimanche sur un éventuel prolongement du confinement au-delà du 25 janvier, comme le préconisent nombre de scientifiques.

L'Autriche a connu plus de 390 000 cas d'infection et un peu moins de 7 000 décès, selon les chiffres de l'Université Johns Hopkins.