DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Greffé des deux bras, l'Islandais Felix Gretarsson va bien et a retrouvé espoir

euronews_icons_loading
Felix Gretarsson
Felix Gretarsson   -   Tous droits réservés  Hospices civils de Lyon
Taille du texte Aa Aa

Le 13 janvier dernier, l'Islandais Felix Gretarsson recevait une double greffe de bras. Une première mondiale réalisée à l'Hôpital Édouard Herriot de Lyon.

Une opération inédite

L'opération a nécessité des moyens humains et techniques exceptionnels : une cinquantaine de personnes mobilisées et quinze heures de travail en bloc opératoire pour greffer les deux bras et épaule d'un donneur sur le patient islandais qui attendait ce jour depuis de longues années.

Dix jours après l'opération, nous sommes retournés à l’hôpital Édouard Herriot où l'équipe médicale a donné une conférence de presse ce vendredi. Les nouvelles de Felix Gretarsson sont bonnes. Il a envoyé un message vidéo depuis son lit d'hôpital pour remercier le personnel soignant.

Depuis sa double greffe, il n'a pas montré pas de signes de rejet, mais les médecins restent prudents : "On va continuer à le surveiller parce que les suites opératoires sont fraîches, il peut encore se passer des choses, souligne le Professeur Lionel Badet. En terme de rééducation, il va être pris en charge de façon très intensive. C'est six heures de rééducation par jour, d'abord en mobilisation passive puis en mobilisation active. La rééducation va durer deux ou trois ans."

Amputé des deux bras en 1998

Pour Sylwia Gretarsson, cette opération représente une incroyable lueur d'espoir : "Aujourd'hui, je vois cette lumière dans les yeux de mon mari , je vois vraiment beaucoup d'espoir. Je suis extrêmement heureuse pour lui, je ferai tout pour l’accompagner."

Je vois cette lumière dans les yeux de mon mari
Sylwia Gretarsson

Felix Gretarsson, qui nous avait récemment reçu chez lui, avait dû être amputé des deux bras il y a 22 ans après s'est électrocuté sur une ligne à haute tension. Il s'était installé en France suite à une rencontre avec le chirurgien Jean-Michel Dubernard qui avait réalisé 20 ans plus tôt à Lyon la première double greffe des mains.

L'ancien électricien islandais attendait un donneur compatible depuis quatre ans. Pour lui, c'est une nouvelle vie qui commence.