Les Russes appelés à manifester dans tout le pays en soutien à Alexei Navalny

Les Russes appelés à manifester dans tout le pays en soutien à Alexei Navalny
Tous droits réservés AP Photo/Dmitri Lovetsky
Tous droits réservés AP Photo/Dmitri Lovetsky
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des dizaines de personnes ont été arrêtées en Russie en marge des manifestations organisées à travers le pays à l'appel des partisans de l'opposant Alexeï Navalny pour exiger sa libération. L'homme qui assure avoir été empoisonné par Moscou cet été est sous les verrous depuis son retour en Russie.

PUBLICITÉ

Le portrait de Vladimir foulé au pied, dans une rue de Khabarovsk, à l'extrême est de la Russie, c'est symbole de ce samedi de colère : les Russes sont appelés à manifester en faveur de Alexei Navalny.  Protester, en dépit du risque d'une violente répression policière et des multiples pressions des autorités. Les partisans de l'opposant, victime d'un empoisonnement présumé cet été, ne semblent pas craindre les menaces : sur Instagram, la femme de M. Navalny, Ioulia Navalnaïa, a annoncé son intention de manifester à Moscou pour son époux qui "n'abandonne jamais". 

Comme en 2019, la police russe a interpellé cette semaine, en amont des mobilisations, des alliés de premier plan d'Alexeï Navalny dont deux ont été condamnés vendredi à de courtes peines de prison.

Les précédents grands rassemblements de l'opposition à Moscou, pendant l'été 2019, avaient entraîné des milliers d'interpellations de manifestants pacifiques et de lourdes peines de prison. Le gouvernement a menacé d'amendes les réseaux sociaux pour les pousser à retirer les incitations à la manifestation. Les étudiants ont été appelés par leurs universités à ne pas se joindre aux protestations sous peine d'expulsion des cours.   

Placé en détention jusqu'au 15 février au moins et visé par plusieurs procédures judiciaires, Alexeï Navalny, 44 ans, a été appréhendé dimanche dernier, dès son retour d'Allemagne, après cinq mois de convalescence. Il savait qu'il risquait la prison en rentrant dans son pays.

Fin août, il était tombé gravement malade en Sibérie et avait été hospitalisé en urgence à Berlin, victime, selon lui, d'un empoisonnement des services secrets russes à un agent neurotoxique. Trois laboratoires européens avaient également conclu à un empoisonnement, ce que Moscou dément fermement, dénonçant un complot.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Russie et le Kazakhstan, toujours en proie aux inondations

Inondations en Russie : des centaines de sinistrés manifestent pour obtenir des compensations

La journaliste américaine Alsu Kurmasheva reste en prison