Tripoli à feu et à sang, quand des centaines de Libanais se révoltent

Tripoli à feu et à sang, quand des centaines de Libanais se révoltent
Tous droits réservés Hussein Malla/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Hussein Malla/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Depuis le début de la semaine, des centaines de Libanais se révoltent contre le confinement, la pauvreté et la corruption à Tripoli. Bilan : plus de 300 blessés et un mort.

PUBLICITÉ

Rien ne va plus à Tripoli au Liban. Au quatrième jour de manifestations contre la gestion de la pandémie de Covid-19, des foules en colère de quelques centaines de personnes ont jeté des cocktails molotov dans les locaux de la mairie de la ville, et ont provoqué un violent incendie la nuit dernière.

AP Photo
Tripoli, 28 janvier 2021AP Photo

Tripoli est la deuxième ville du Liban et l'une des plus pauvres du pays. La population qui souffrait déjà d'une grave crise économique a fini par se révolter après l'instauration de l'un des confinements les plus stricts au monde.

Les quatre dernières nuits se sont soldées par un mort et plus de 300 blessés.

Jeudi, une centaine de personnes avaient d'abord défilé dans les rues, en s'arrêtant successivement devant différentes résidences de responsables politiques originaires de la ville, les interpellant et tentant d'y pénétrer avant d'en être empêchées par l'armée qui a été déployée en renfort.

Avec plus de la moitié de ses habitants vivant sous le seuil de pauvreté, Tripoli avait déjà été l'un des épicentres du mouvement de contestation sans précédent d'octobre 2019 dirigé contre une classe politique accusée de corruption et d'incompétence.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Liban : barrages et pneus en feu dans les rues de Beyrouth

En Géorgie, une procession pour la pureté de la famille en réaction à la journée contre l'homophobie

Salomé Zourabichvili : "Il n'y a pas de tentation de retour dans le giron russe en Géorgie"