EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

La police russe met en garde les manifestants pro-Navalny

La police russe met en garde les manifestants pro-Navalny
Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une nouvelle journée de mobilisation est prévue ce samedi pour réclamer la libération de l'opposant au Kremlin

PUBLICITÉ

Les autorités russes réitèrent leurs menaces à la veille d'une seconde journée de manifestations de soutien à Alexeï Navalny. Le ministère de l'Intérieur a fait savoir que les forces de l'ordre se tenaient prêtes pour contrer ce dimanche ceux qui oseront descendre dans la rue.

"Les unités du ministère russe de l'intérieur et les autres services répressifs prendront toutes les mesures nécessaires pour assurer l'ordre public. En outre, nous avertissons que toute action violente à l'encontre des agents ou tout refus d'obéir à leurs ordres légitimes seront empêchés", a prévenu Irina Volk, porte-parole du ministère de l'Intérieur russe.

Vendredi déjà plusieurs proches de l'opposant ont été assignés à résidence pour le week-end. Le frère d'Alexeï Navalny, Oleg, a notamment été assigné à résidence, tout comme le coordinateur de l'équipe de l'opposant à Moscou, Oleg Stepanov, ou encore Anastassia Vassilieva, à la tête d'un syndicat de médecins lié à l'opposant. Ces décisions les privent également d'un accès à internet avant les protestations de dimanche.

Samedi dernier, des dizaines de milliers de Russes ont appelé à la libération d'Alexeï Navalny à travers tout le pays. Les forces de l'ordre ont procédé à plus de 4 000 arrestations. Une vingtaine d'affaires pourraient entraîner de lourdes peines d'emprisonnement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Poutine menace de livrer aussi des missiles "à d'autres" pays pour frapper l'Occident

No Comment : une chaleur anormale à Saint-Pétersbourg, en Russie

Purges dans l'armée russe continuent, le chef d'état-major adjoint détenu