DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Immigration : Joe Biden veut "effacer la honte morale" héritée de l'ère Trump

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy avec AFP
euronews_icons_loading
Joe Biden
Joe Biden   -   Tous droits réservés  Evan Vucci/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Joe Biden continue de démanteler la politique migratoire de son prédécesseur.

Joe Biden signe trois décrets

Le nouveau président américain a signé trois décrets dont un visant à réunir les nombreuses familles de migrants qui avaient été séparées à la frontière sud des États-Unis sur fond d'une lutte acharnée comme l'immigration illégale amorcée par Donald Trump.

"Je ne fais pas une nouvelle loi, j'élimine les mauvaises politiques. Nous allons travailler pour défaire la honte morale et nationale de l'administration précédente qui, au sens propre et non figuré, a littéralement arraché des enfants des bras de leurs familles sans plan d'aucune sorte pour réunir les enfants, qui sont toujours en détention, avec leurs parents."

Je ne fais pas une nouvelle loi, j'élimine les mauvaises politiques.
Joe Biden
Président américain

Réunir les familles de migrants

Le décret signé par Joe Biden prévoit la mise en place d'un groupe de travail destiné à identifier et à localiser les quelque 600 enfants qui restent séparés de leurs parents. Le deuxième décret vise à rouvrir les voies légales d'immigration, notamment en améliorant l'accès aux visas pour les citoyens de pays d'Amérique centrale. Enfin le troisième décret a pour but de favoriser l'intégration des migrants installés légalement aux États-Unis.

Un virage à 180 degrés

Après quatre années de tolérance zéro vis-à-vis de l'immigration, Joe Biden amorce un nouveau cap. Dès son arrivée à la Maison-Blanche, il s'était attaqué à la mesure la plus symbolique et la plus controversée de l'ère Trump, la construction d'un mur à la frontière que le nouveau Président a suspendu. Il a également levé l'interdiction d'entrée aux États-Unis pour les ressortissants de pays en majorité musulman.

Avec AFP