DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Tous vaccinés contre le Covid-19 avant le 22 septembre, Paris et Berlin répondent aux critiques

euronews_icons_loading
Vaccination en France, 28 janvier 2021
Vaccination en France, 28 janvier 2021   -   Tous droits réservés  Jean-Francois Badias/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Emmanuel Macron a assuré que tous les Français adultes pourront se faire vacciner "d'ici la fin de l'été", soit le 22 septembre. Juste après avoir réuni les grands labos français et européens pour leur demander d’accélérer la production de doses de vaccin, le chef de l'Etat a voulu clarifier les prévisions de vaccination.

Il a reconnu que le rythme de vaccination "pouvait paraître trop lent" par rapport à d'autres pays comme la Grande-Bretagne ou les Etats-Unis. Mais la campagne de vaccination suit "le rythme prévu", et ce n'est pas cela qui permettra de toutes façons d'éviter à court terme un reconfinement ou non a t-il dit.

La France s'aligne en ce sens sur l'Allemagne, de même que sur l'utilisation du vaccin AstraZeneca réservé aux personnes de moins de 65 ans. L'Autriche et la Pologne ont émis la même recommandation, même si l'autorité européenne de régulation des médicaments a approuvé le vaccin pour tous les adultes quelque soit leur âge.

La chancelière allemande Angela Merkel s'est dite par ailleurs ouverte, sous condition, à l'idée d'utiliser dans l'Union européenne le vaccin russe Spoutnik V (pour Victory), après la parution de résultats scientifiques positifs sur son efficacité à près de 92% :

"J'ai parlé au président russe à ce sujet. Aujourd'hui, nous avons également lu de bonnes données concernant le vaccin russe. Tous les vaccins sont les bienvenus dans l'Union européenne, mais seuls ceux pour lesquels l'Autorité européenne des médicaments aura fourni les données nécessaires seront approuvés."

Les 40 000 premières doses de Spoutnik V sont arrivées mardi en Hongrie, c'est le premier pays de l'UE à l'avoir autorisé. Même si l'Agence européenne des médicaments ne s'est pas encore prononcée.

Au Royaume-Uni, des tests sont en cours pour détecter de nouvelles modifications génétiques du Covid-19 qui ont été qualifiées d'inquiétantes.

En attendant, les restrictions sanitaires restent les seules armes à disposition des gouvernements.

Aux Pays-Bas, malgré les récentes émeutes, le Premier ministre Mark Rutte vient d'annoncer un prolongement de la plupart des mesures de lutte contre le Covid-19, et ce jusqu'au 2 mars.

Il a toutefois confirmé une réouverture des écoles primaires et des garderies à partir du 8 février, ainsi que la possibilité dès le 10 février de vendre à emporter pour les magasins dits non essentiels, fermés depuis décembre.