EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Pfizer ne connaît pas la crise : les ventes de son vaccin s'élèvent à 12,5 milliards d'euros en 2021

Pfizer
Pfizer Tous droits réservés Richard Drew/AP
Tous droits réservés Richard Drew/AP
Par Euronews avec AFP, Reuters
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'entreprise américaine Pfizer et son partenaire allemand BioNTech espèrent fabriquer 2 milliards de doses du vaccin anti-Covid d'ici la fin de l'année. Au 31 janvier, ils avaient fourni 65 millions de doses dans le monde.

PUBLICITÉ

Pionnier de la vaccination contre le Covid-19, l'entreprise américaine Pfizer prévoit pour cette année un chiffre d'affaires avoisinant les 50 milliards d'euros. Une somme significative due en grand partie à son vaccin développé avec le laboratoire allemand BioNTech, qui a été le premier à être distribué dans la plupart des pays occidentaux, avant ceux de Moderna et AstraZeneca.

Au 31 janvier, Pfizer avait fourni 65 millions de doses dans le monde, dont 29 millions rien qu'aux États-Unis qui en attendent 200 millions d'ici fin mai.

Pfizer a toutefois été confronté à des retards de livraison en Europe en raison des modifications effectuées sur la chaîne de production. Mais l'entreprise américaine et son partenaire allemand disent être à nouveau en phase avec les délais.

Les ventes du vaccin anti-Covid pourraient rapporter à Pfizer 12,5 milliards d'euros en 2021. Un montant revu à la hausse qui pourrait être à nouveau réévalué en fonction de l'évolution épidémique et de la signature de nouveaux contrats. Pfizer et BioNTech espèrent fabriquer 2 milliards de doses d'ici la fin de l'année.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les producteurs de champagne vont réduire leur récolte face à la baisse de la demande

L'impact de la panne informatique mondiale de Microsoft sur les entreprises du monde entier

Réchauffement des relations entre Londres et l'UE : quel impact sur les services financiers ?