EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Débat sur les vaccins russe et chinois contre le Covid-19

Débat sur les vaccins russe et chinois contre le Covid-19
Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Jack Parrock
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’UE s’interroge sur le recours aux doses proposées par Moscou et Pékin.

PUBLICITÉ

Les Etats membres de l'UE et ses voisins cherchent à accélérer la campagne de vaccination. A l'instar de la Serbie, non membre de l'Union, la Hongrie a approuvé le vaccin chinois de Sinopharm et le russe Spoutnik V.

La revue spécialisée the Lancet estime que le sérum proposé par Moscou est efficace à 91%. Mais cette étude ne changera pas la stratégie de la Commission européenne qui veut conclure des contrats uniquement avec des entreprises qui disposent d'usines sur le territoire européen. Pour le porte-parole de l’institution ce n’est pas le moment pour un tel débat. Il faut se "_concentrer sur la mise en oeuvre de la stratégie que nous avons mise en place et obtenir les livraisons que nous sommes censés avoir _", souligne Eric Mamer.

La Chine et la Russie produisent leur vaccin sur leur territoire. Mais le ministre allemand de la Santé a insinué que les 27 pourraient se tourner vers Pékin ou Moscou si l'Agence européenne du médicament donnait son autorisation.

Le vaccin contre le covid-19 devient une arme géopolitique pour convaincre ou séduire certains gouvernements voisins de l'Union, en particulier ceux qui attendent depuis plusieurs semaines les livraisons produites par les Occidentaux. La chercheuse du German Marshall Fund Kristine Berzina évoque d’ailleurs la campagne de désinformation menée par la Pékin et Moscou à l’encontre des vaccins déjà validés par l’UE. Elle "attire l'attention sur les effets secondaires potentiels du vaccin de Pfizer et des autres". C’est désormais une bataille sur l’efficacité qui se joue. L’Union a déjà validé les vaccins de trois groupes pharmaceutiques mais elle peine à obtenir les doses promises.

Journaliste • Grégoire Lory

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Covid-19 : en France, le vaccin AstraZeneca n'est pas recommandé aux plus de 65 ans

Covid-19 : la Serbie mise sur le vaccin russe

Amertume sur la stratégie de négociation de la Commission européenne sur les vaccins