DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

"Ici, les gens n'ont pas d'argent pour les soins" : le Malawi (et l'Afrique australe) face au Covid

Par Olivier Peguy avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Dans une pièce du "Queen Elizabeth Central Hospital" à Blantyre (Malawi), le 30/01/2021
Dans une pièce du "Queen Elizabeth Central Hospital" à Blantyre (Malawi), le 30/01/2021   -   Tous droits réservés  Thoko Chikondi/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le Malawi et toute l'Afrique australe sont confrontés à une flambée des cas de contaminations. A Blantyre, l'ONG Médecins sans Frontières (MSF) s'efforce d'épauler les autorités sanitaires dans la lutte contre l'épidémie.

Un hôpital de campagne au Malawi. Non pas au fin fond de la brousse, mais à Blantyre, deuxième ville du pays. Le grand centre hospitalier (Queen Elizabeth Central Hospital) est débordé face à l'afflux des patients Covid-19.

Alors, c'est dans des tentes que sont soignés les malades. Avec les moyens du bord.

« Nos moyens disponibles notamment en oxygène sont insuffisants, se désole Maziko Matemba militant pour la santé communautaire. On est obligé de demander aux gens d'acheter le matériel. Or, comme l'activité économique tourne au ralenti, les gens n'ont pas d'argent. Et ils n'ont quasiment aucun moyen pour payer les dépenses de santé. »

« On prépare un "plan B" »

L'ONG Médecins sans frontières est présente à Blantyre. Elle tente de faire face à l'urgence.

Athel Loiseau est coordinateur logistique de MSF à Blantyre. Il s'active pour mettre sur pied une structure d'accueil pour les malades Covid-19. « On prépare un plan B, au cas où l'hôpital ne serait plus en mesure de prendre en charge de nouveaux patients », explique-t-il.

Le Malawi comme tous les pays d'Afrique australe est confronté à une très fortes augmentation du nombre de cas de coronavirus. C'est notamment le variant sud-africain, plus contagieux, qui se répand comme une traînée de poudre.

A ce jour, près de 25 000 cas enregistrés depuis le début de l'épidémie, mais c'est surtout depuis le début de cette année que le nombre de contaminations s’accroît de manière exponentielle.

Avec une inquiétude particulière, relayée par l'ONG Médecins sans frontières, c'est le nombre élevé de cas parmi le personnel soignant. Cela fragilise un système de santé déjà précaire.

« Actuellement, au Malawi, explique Marion Pechayre, cheffe de mission de MSF à Blantyre, on compte plus de 1 300 personnels de santé affectés par le Covid-19. Il faut ajouter tous les gens autour d'eux qui sont mis en quarantaine. Cela paralyse une partie du système de santé, non seulement pour les départements où l'on traite les malades atteints du Covid-19, mais aussi pour le système de santé en général, pour tous les malades de ce pays. »

Quelques milliers de doses de vaccins

Et si les pays riches, ailleurs dans le monde, disposent déjà de vaccins, ce n'est pas le cas au Malawi et dans nombre de pays du continent.

Il y a quelques jours, le président sud-africain a plaidé pour une meilleure répartition des vaccins à l'échelle mondiale.

« Les pays riches dans le monde gardent les vaccins pour eux, déplorait Cyril Ramaphosa. Alors, nous, nous disons : "mettez à disposition les vaccins excédentaires que vous avez commandés et stockés". »

Ce mercredi, Médecins sans frontières a plaidé dans ce sens. L'ONG insiste sur la nécessité de donner priorité aux travailleurs de santé, en première ligne dans la lutte contre la pandémie.

Dans un pays, comme le Malawi, pour couvrir tout le personnel de santé, il suffirait de vacciner entre 20 et 30 000 personnes dans le pays. Donc c'est plus qu'accessible. Ce sont des tout petits chiffres en comparaison avec ce qu'on entend au sujet des vaccins accessibles par millions dans d'autres pays.
Marion Pechayre
Cheffe de mission MSF au Malawi

Containers en guise de morgue

L'Afrique du Sud est le pays du continent le plus durement touché par l'épidémie, que ce soit en nombre de contaminations et de décès.

Marius Plessis travaille pour une société de services funéraires. Sa société fournit des containers qui font office de morgue.

« Jusqu'à présent, dit-il, nous avons distribué 22 de ces conteneurs à travers le pays dans diverses régions où nous pensons qu'il faut renforcer les installations mortuaires. »

Chiffres sous-estimés

Sur l'ensemble du continent, près de 100 000 personnes sont mortes après avoir été contaminées au Covid-19.

Mais les spécialistes laissent entendre que ces chiffres sont sous-estimés : de nombreux malades, notamment dans les zones rurales, ne s'étant pas fait testés.