DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Quelle surmortalité dans l'UE en 2020 ? L'impact de la pandémie de Covid-19 pays par pays

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Un employé d'une entreprise de pompes funèbres déplace un corps dans la morgue d'une maison de retraite à Barcelone, en novembre 2020.
Un employé d'une entreprise de pompes funèbres déplace un corps dans la morgue d'une maison de retraite à Barcelone, en novembre 2020.   -   Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Plus de 450 000 décès surnuméraires ont été enregistrés dans l'Union européenne entre mars et novembre 2020 par rapport à la moyenne des années 2016 à 2019 sur la même période, selon de nouvelles données publiées par Eurostat. Autant d'indices du coût en vies humaines que l'UE a payé face à la pandémie de Covid-19.

La notion de surmortalité correspond au nombre de décès supplémentaires "par rapport à ce que l'on appelle une 'base de référence', c'est-à-dire le nombre moyen de décès pour un mois donné au cours des quatre années allant de 2016 à 2019", selon l'agence européenne des statistiques.

Le nombre de décès dans les pays de l'UE a commencé à augmenter au printemps 2020, lors de la première vague de la pandémie de Covid-19.

Le pic de surmortalité dans les États membres de l'UE a été atteint en novembre 2020, lorsqu'une deuxième vague de coronavirus, plus meurtrière, a frappé de nombreux pays.

Dans l'ensemble, cette surmortalité dans l'UE était de 8 % supérieure à la moyenne en septembre, de 17 % en octobre et de 40 % en novembre, bien qu'elle ait diminué entre mai et juillet, les pays ayant réussi à contenir la propagation de la Covid-19.

Mais dans certaines régions d'Europe, les données d'Eurostat montrent que le nombre de décès était beaucoup plus élevé que la mortalité moyenne des années précédentes.

Bien que les données ne permettent pas d'isoler la cause des décès, la surmortalité est largement due à la pandémie de Covid-19. Elle a tué plus de 495 000 personnes dans les pays de l'UE et de l'Espace économique européen (à la mi-février 2021), selon le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies.

Dans les États membres de l'UE, le nombre de décès a commencé à augmenter en mars ; le pourcentage de décès supplémentaires par rapport aux années précédentes a augmenté en moyenne de 13 %.

Dans les 27 États membres de l'UE en avril, au plus fort de la première vague de la pandémie, la surmortalité a été de 25 % au-dessus de la moyenne. Mais la situation différait fortement d'un État membre à l'autre.

L'Italie, qui a été le premier pays européen à être durement touché par les cas de Covid-19, a signalé un taux de mortalité de 49,4 % supérieur à la moyenne en mars 2020.

En avril 2020, l'Espagne affichait une surmortalité de 79,4 %, contre 1,3 % seulement en Grèce.

La deuxième vague de la pandémie s'est avérée très différente de la première dans les différents États membres.

La Pologne a été durement touchée, avec un nombre de décès supérieur de 97 % à la moyenne en novembre 2020. La Bulgarie a signalé une augmentation de 95 % et la Slovénie une augmentation de 91 % tout au long du même mois.

Sources additionnelles • Traduction et adaptation : Thomas Seymat