DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Kazakhstan : des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition

euronews_icons_loading
Kazakhstan : des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition
Tous droits réservés  RUSLAN PRYANIKOV/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Plusieurs dizaines de manifestants d'opposition ont été interpellés par la police dimanche au Kazakhstan, lors de rassemblements pour appeler à la libération des "prisonniers politiques" dans cet autoritaire pays d'Asie centrale.

Environ 50 protestataires ont notamment été arrêtés dans la principale ville du pays, Almaty, avant même d'avoir pu rejoindre le rassemblement prévu dans un parc, où l'internet mobile semblait avoir été coupé.

Plusieurs d'entre eux ont scandé "liberté pour les prisonniers politiques !" alors qu'ils étaient traînés vers les fourgons de la police.

Cette mobilisation intervient suite à une résolution du Parlement européen appelant à donner la priorité à la défense des droits humains dans les relations avec le Kazakhstan, où les Européens ont observé une "détérioration inquiétante" en la matière.

Cette résolution non contraignante du 11 février a dénoncé "des lacunes systémiques en matière de respect des libertés d'association, de réunion et d'expression" dans cette ex-république soviétique.

Elle a également critiqué les "décisions judiciaires secrètes" qui ont interdit deux groupes d'opposition affiliés à l'ancien ministre de l'Energie Moukhtar Abliazov, au motif d'"extrémisme".

Le ministère kazakh des Affaires étrangères a estimé que cette résolution avait été "initiée par des politiciens hostiles et alimentée par des informations inexactes".

Le Parquet avait menacé les militants d'opposition de peines allant de 20 à 50 jours de prison s'ils prenaient part aux manifestations prévues dimanche dans plusieurs villes de ce pays riche en ressources naturelles.

Dans un message sur Facebook, Moukhtar Abliazov, qui a fui le pays en 2009, a appelé les Kazakhs à "ne pas rester à l'écart alors que les démocraties sont prêtes à soutenir le peuple kazakh dans la lutte contre la dictature".

Recherché dans son pays pour fraude et l'organisation du meurtre d'un banquier, Moukhtar Abliazov a reçu l'asile politique en France. Il dénonce ces accusations comme ayant des motifs politiques en raison de son opposition à l'ancien président Noursoultan Nazarbaïev, qui reste une figure majeure de la vie politique du Kazakhstan.