DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Charles Michel en visite de soutien aux voisins orientaux

euronews_icons_loading
Charles Michel en visite de soutien aux voisins orientaux
Tous droits réservés  AFP PHOTO / Georgian Presidential press service
Taille du texte Aa Aa

Le président du Conseil européen Charles Michel a poursuivi ce lundi sa visite en Europe de l'Est pour affirmer son soutien aux voisins orientaux de l'UE dans un contexte de tensions avec la Russie.

Depuis la Moldavie, le Belge Charles Michel est arrivé ce lundi en Géorgie, où il a longé la ligne de démarcation administrative avec la région séparatiste d'Ossétie du Sud, contrôlée par la Russie.

"L'Union européenne est attachée à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Géorgie. La mission européenne d'observation joue également un rôle important pour essayer de maintenir autant que possible la stabilité et de mettre en place des mesures de confiance" a déclaré le dirigeant coiffé d'une casquette.

Direction l'Ukraine ce mardi, une autre ex-république soviétique, elle aussi en proie à des problèmes territoriaux et militaires avec son voisin russe. L'annexion de la Crimée par la Russie en 2014 fait toujours l'objet de sanctions de l'UE et des Etats-Unis.

Dans ce contexte, l'Union européenne apparaît en rival de Moscou, selon l'expert en questions internationales Marc Franco, de l'institut Egmont : "Il existe une concurrence géopolitique entre les deux puissances, car ce que nous appelons notre voisinage, les Russes l'appellent leur "proche étranger". Et ils se sentent malheureux que ces pays se rapprochent de l'Union européenne et que cette dernière agisse activement pour rapprocher ces pays de l'Union".

Crise politique en Géorgie

La visite de Charles Michel s'inscrit dans un contexte de crise politique en Géorgie, qui s'est aggravée depuis l'arrestation du chef de l'opposition Nika Melia. Se disant "préoccupé", et souhaitant "désamorcer la situation", le dirigeant européen a rencontré des membres de l'opposition et appelé au dialogue entre les différentes parties.

"La visite du président du Conseil européen intervient en période de fortes tensions entre le parti au pouvoir et l'oposition. L'Union européenne joue le rôle de médiateur, mais aucun accord n'a, à ce jour, été trouvé", explique Leo Sikharulidze, le correspondant d'Euronews sur place.