Churchill, le peintre qui vaut de l'or : une toile de 1943 vendue 9.6 millions d'euros

Churchill, le peintre qui vaut de l'or : une toile de 1943 vendue 9.6 millions d'euros
Tous droits réservés Frank Augstein/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"La tour de la mosquée de Katoubia" est la seule toile qu'ait signée l'ancien Premier ministre britannique durant la Seconde Guerre mondiale : l'œuvre s'est vendue le 1er mars à près de 9.6 millions d'euros.

PUBLICITÉ

L'acquéreur de cette toile signée Winston Churchill a déboursé près de 9,6 millions d'euros, tous frais compris, pour remporter les enchères à Londres chez Christie's.

Le tableau s'intitule "La Tour de la Mosquée de Koutoubia" et il a été fait à Marrakech, les experts estimaient à environ deux millions d'euros.

Nicholas Orchard, responsable art moderne britannique chez Christie's : "Beaucoup de gens ne savent même pas qu'il peignait, qu'il était peintre amateur. Il peignant à l'huile, il a fait plus de 500 tableaux et cette oeuvre est singulière parce que c'est la seule qu'il ait produite sur toute la période de la Seconde Guerre mondiale".

Meryann Loum Martin est écrivain, elle possède une copie du tableau et raconte que l'ancien Premier ministre britannique était très attaché au Maroc.

Meryanne Loum Martin, écrivain, auteur de "Inside Marrakesh" : "A la fin de ces journées de la conférence à Casablanca, comme tout le monde le sait, Churchill qui adorait Marrakech a dit à Roosevelt, il n'a pas invité (général Charles) de Gaulle mais il a invité Roosevelt à venir à Marrakech, parce qu'il ne pouvaient pas quitter le Maroc sans avoir vu le coucher du soleil sur l'Atlas."

Winston Churchill a commencé à peindre à 40 ans.

Le dirigeant britannique aimait s'éloigner de Londres et avait une tendresse particulière pour la lumière de Marrakech qu'il avait découverte dans sa jeunesse à l'époque où c'était un protectorat français.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

De la peinture sur la dernière fresque londonienne de Banksy

Rencontre avec l'artiste hongrois qui recycle les déchets en sculptures

Quand l'IA permet de lire d'élucider des énigmes millénaires