DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : Jean Castex promet au moins 20 millions de personnes vaccinées d'ici mi-mai

 Le Premier ministre français, Jean Castex, lors d'une conférence de presse sur la pandémie de Covid-19, à Paris, le 4 mars 2021
Le Premier ministre français, Jean Castex, lors d'une conférence de presse sur la pandémie de Covid-19, à Paris, le 4 mars 2021   -   Tous droits réservés  ALAIN JOCARD/AFP
Taille du texte Aa Aa

L’épidémie de Covid-19 ne ralentit pas en France et la tension ne faiblit pas dans les hôpitaux de l’Hexagone. 3 637 personnes se trouvent actuellement en réanimation, occupant 71,9% de la capacité d'accueil de ces services. En outre, le nombre de nouveaux cas quotidiens ne faiblit pas, s'établissant toujours à plus de 20 000 par jour. De plus, des centaines de personnes décèdent toujours quotidiennement après avoir contracté le virus SARS-CoV-2.

Trois nouveaux départements sous surveillance, le Pas-de-Calais reconfiné

"Nous ne sommes pas confrontés, en tous cas pas à ce stade, à une hausse exponentielle de l’épidémie, comme certains modèles le prévoyaient", s'est réjoui ce jeudi le Premier ministre, Jean Castex, lors du traditionnel point hebdomadaire sur la pandémie.

"La circulation du virus a continué de progresser, mais à une vitesse moindre que ce que nous pouvions craindre", a ajouté le chef du gouvernement, en faisant valoir que "sur les sept derniers jours, le nombre de contaminations quotidiennes a augmenté de 1,4%, alors que ce même chiffre était de +14 % au cours de la semaine précédente".

Face à cette situation, le Premier ministre, a annoncé de nouvelles mesures restrictives. Le gouvernement a ainsi placé trois nouveaux départements, les Hautes-Alpes, l'Aisne et l'Aube, sous surveillance renforcée en raison de la progression de la Covid-19, portant à 23 le nombre de départements sous ce statut.

En raison d'une circulation accrue de l'épidémie de coronavirus sur son territoire, seul le département du Pas-de-Calais va être reconfiné dans son intégralité le week-end, comme ce qui avait été décidé pour les agglomérations de Nice et de Dunkerque la semaine dernière. Cette mesure entrera en vigueur à partir de ce samedi dès 8 heures. Paris et sa région, Marseille et Lyon échappent donc au reconfinement.

Des restrictions ont été toutefois annoncées pour les 22 autres départements, comme la fermeture des centres commerciaux non-alimentaires de plus de 10 000 m2, et plus seulement ceux de plus de 20 000 m2. Au cas par cas, les préfets pourront également interdire l'accès à des lieux de brassages, comme les quais ou des places.

En outre, le Premier ministre français a enjoint les habitants de ces territoires sous surveillance renforcée "à ne pas sortir de leur département".

Accélération de la campagne de vaccination

Jean Castex a promis ce jeudi au moins 20 millions de personnes vaccinées d'ici mi-mai. Le Premier ministre a détaillé de nouveaux leviers pour accélérer la campagne, à l'image de la vaccination qui sera autorisée dans les pharmacies "à compter de la semaine du 15 mars" pour "les personnes ayant plus de 50 ans et présentant une comorbidité", a annoncé Jean Castex.

Les patients concernés n'auront "pas besoin d'une prescription médicale" et pourront se rendre "directement en officine" pour y recevoir le vaccin AstraZeneca, a indiqué le Premier ministre, ajoutant que les personnes de 50 à 74 ans qui n'ont "pas de pathologie particulière" pourront se faire vacciner "à compter de mi-avril".

Concernant le vaccin AstraZeneca, son déploiement a été mis également mis en avant par le gouvernement, alors que des doses restent en stock et que son utilisation a été autorisée pour les personnes âgées de 65 à 75 ans.

Selon les derniers chiffres des autorités françaises, 3 245 517 personnes ont reçu une première injection de vaccin et 1 771 246 la seconde.

Encourager la vaccination des soignants

"Seul un soignant sur trois" est actuellement vacciné, selon Jean Castex. Le Premier ministre a ainsi appelé "solennellement" les personnels des résidences pour personnes âgées à se faire vacciner "très rapidement" pour permettre le retour d'"une vie sociale apaisée" dans ces établissements.

Cet appel à la vaccination a été également adressé à tous les personnels de santé, en ville et à l'hôpital, qui ne sont que 30% à avoir été vaccinés selon le ministre de la Santé, Olivier Véran, présent ce jeudi aux côtés du Premier ministre. "Clairement, ça ne suffit pas", a affirmé ce dernier de la Santé, annonçant qu'il enverrait vendredi "une lettre à l'ensemble des soignants de notre pays, qu’ils soient en ville, à l'hôpital, en établissement médico-social, pour les inciter très fortement à se faire vacciner". Olivier Véran a ajouté que l'obligation de se faire vacciner pourrait être décidée si elle ne progresse pas suffisamment. Sur ce point, les personnels des hôpitaux et des Ehpad, sont déjà tenus d'être immunisés contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et l'hépatite B.

Le risque d'infection nosocomiale est, en effet, significatif : près de 27 000 patients ont contacté le coronavirus à l'hôpital entre le 1er janvier 2020 et le 14 février 2021, selon Santé publique France, qui recense "186 décès liés".

87 542 personnessont décédées après avoir contracté la Covid-19 depuis le début de la pandémie en France.