DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Foot : 4 clubs espagnols rappelés à l'ordre par la Justice européenne

Par Olivier Peguy avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Archives : la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) à Luxembourg, 05/10/2015.
Archives : la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) à Luxembourg, 05/10/2015.   -   Tous droits réservés  Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

La justice européenne remet en cause le régime fiscal dont ont bénéficié 4 clubs espagnols : le FC Barcelone, le Real Madrid, l'Athletic Bilbao et Osasuna (Pampelune).

Dans sa décision rendue ce jeudi, la Cour de justice de l'UE reproche en fait à l'Etat espagnol d'avoir permis à ces 4 clubs de continuer à bénéficier d'un taux avantageux en matière d'imposition.

Pour la cour basée à Luxembourg, cela s'apparente à un système d'aides publiques, et c'est incompatible avec les règles européennes.

Les turbulences du foot espagnol

En tout cas, cela met en lumière la fragilité de l'économie du football en Espagne, comme l'explique Arnaud Simon, spécialiste du football et patron d'une société de conseil en sports.

Le football espagnol a toujours vécu au-dessus de ses moyens et il n'en a pas fini avec ce genre de turbulences.
Arnaud Simon
spécialiste du football et patron d'une société de conseil en sports

Pour lui, "l'horizon du football espagnol est particulièrement sombre, en matière de financement des clubs".

"Apocalypse" au Barça ?

Le meilleur exemple en est le club catalan, dont les comptes sont dans le rouge avec une dette de 900 millions d’euros.

C'est le paradoxe de ce club, le FC Barcelone, un des plus puissants au monde, en terme de notoriété, mais qui va de crise en crise depuis quelques années.

L'ancien président est soupçonné d'abus de confiance et de corruption.

Des dirigeants ont souvent été contestés par les milliers de socios, les supporters qui sont actionnaires du club.

Et sur le terrain, les résultats sont de moins en moins spectaculaires.

Un éditorialiste espagnol a récemment résumé la situation en parlant d'"apocalyse".