DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le courage d'une religieuse face aux forces de sécurité birmanes

euronews_icons_loading
Des policiers arrêtent un manifestant en périphérie de Rangoon le 6 mars 2021.
Des policiers arrêtent un manifestant en périphérie de Rangoon le 6 mars 2021.   -   Tous droits réservés  (STR/The Associated Press)
Taille du texte Aa Aa

Les manifestants pro-démocratie sont à nouveau descendus dans les rues samedi en Birmanie, au lendemain d'une nouvelle réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, divisé sur la réponse à apporter aux "appels désespérés" de la population.

Dans le quartier de San Chaug, à Rangoun, la capitale économique, la police a détruit les barricades de fortune érigées par les manifestants, et tiré des gaz lacrymogènes et des bombes assourdissantes pour disperser de petits rassemblements.

Malgré la répression meurtrière qui a déjà fait plus de 50 morts depuis le début de l'insurrection pacifique contre le coup d'Etat du 1er février qui a renversé le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi, les Birmans font preuve de courage, à l'instar de sœur Ann Roza Nu Tawng.

Le 28 février dernier, cette religieuse s'est interposée entre manifestants et forces de l'ordre. "Il n'y a personne pour protéger le peuple birman. Les gens doivent se défendre et s'entraider car on ne peut faire confiance à personne. Les forces de sécurité arrêtent et frappent ceux qu'ils n'aiment pas. Ils les tuent", a-t-elle dénoncé ce vendredi au cours d'une interview au journal Myitkyna news.

La religieuse a aussi déclaré qu'elle était prête à donner sa vie pour protéger celle des autres.