DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Onde de choc au Royaume-Uni après les propos de Meghan et Harry

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Le Palais de Buckingham
Le Palais de Buckingham   -   Tous droits réservés  Kirsty Wigglesworth/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Les déclarations choc de Meghan Markle lors d'une interview à Oprah Winfrey ont déclenché un torrent de réactions au Royaume-Uni et dans le reste du monde.

La duchesse de Sussex, qui vit désormais en Californie avec le prince Harry, a indiqué avoir eu des pensés suicidaires lorsqu'elle vivait au sein de la famille royale britannique, où elle dit avoir été confrontée à des propos racistes. Certains se seraient inquiétés de la couleur de peau de son fils avant qu'il naisse. Le palais de Buckingham n'avait pas encore réagi ce lundi.

"Je suis certaine que la famille royale va réfléchir très attentivement avant d'effectuer une déclaration, souligne la députée Kate Green. Mais il n'y a pas d'excuses pour le racisme, quelles que soient les circonstances. Je pense qu'il est important que des mesures soient prises pour enquêter sur des allégations qui sont vraiment choquantes."

Cela fait plus d'un an que le couple princier s'est officiellement mis en retrait de la famille royale britannique, notamment pour échapper à une pression médiatique devenue trop forte. Au Royaume-Uni, l'interview de Meghan et Harry est sur toutes les lèvres :

"Il y a des allégations qui circulent, mais tant qu'on n'aura pas entendu la version des deux parties, on ne sera sûr de rien", dit une passante.

L'interview de Meghan et Harry, diffusée quelques heures après un rare discours de la Reine Elizabeth à l'occasion de la journée du Commonwealth, porte un coup sérieux à l'image de la famille royale britannique, souligne Emily Nash, du magazine "Hello!" :

"Je pense que ces allégations sont très dommageables pour une institution qui est fière de diriger le Commonwealth, d'accueillir des chefs d'État du monde entier et qui a fait beaucoup en matière caritatif. Il suffit de regarder le Prince de Galles. Son organisation caritative "Prince's Trust" a fait beaucoup pour les jeunes de couleur. Je pense qu'ils seront absolument dévastés et ébranlés par ces accusations."

Si Buckingham Palace n'a pas encore réagi, le Premier ministre Boris Johnson a, lui, botté en touche se contentant d'exprimer "sa plus grande admiration" pour Elizabeth II.