DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'UE rencontre de nouvelles difficultés dans sa stratégie de vaccination

euronews_icons_loading
L'UE rencontre de nouvelles difficultés dans sa stratégie de vaccination
Tous droits réservés  KAMIL KRZACZYNSKI/AFP
Taille du texte Aa Aa

C'est un nouveau coup porté à la stratégie européenne de vaccination. L'entreprise Johnson et Johnson ne sera pas en mesure de fournir à l'UE 55 millions de doses sur les 200 millions commandés.

L'annonce intervient quelques heures avant la probable validation par l'Agence européenne des médicaments de ce vaccin à injection unique. Pour l’eurodéputée Heléne Fritzon (S&D), l’Union doit s’assurer que les entreprises pharmaceutiques respectent leurs engagements. "Il s'agit de la santé des citoyens, de leur vie et de leur sécurité", insiste la Suédoise.

Pour atteindre ses objectifs l'UE a besoin de ces doses. Jusqu'à présent plus de 6% de la population européenne a été vaccinée contre 33% au Royaume-Uni et 57% en Israël. Pour les eurodéputés c'est la crédibilité de l'Europe qui est en jeu mais ils soulignent la nécessité de maintenir la cohésion entre les Etats membres. "Si nous avons besoin de 27 accords dans l'Union européenne cela devient très dangereux. La seule façon d'avancer est de coopérer et de faire preuve de solidarité", insiste Heléne Fritzon.

A l'heure actuelle, l'Union européenne utilise les sérums de BioNTech/Pfizer, de Moderna et d'AstraZeneca. L'entreprise Johnson et Johnson pourrait avoir le feu vert cette semaine de l'agence européenne. Quant aux vaccins Curevac, Novavax et Sputnik cela pourrait se faire dans les prochains mois.

Dans ces conditions l'objectif de la Commission de vacciner d'ici la fin de l'été 80% de la population adulte semble difficile. C'est pourquoi l’institution utilise tous les moyens juridiques pour conserver dans l'UE les doses produites sur son territoire.

Elle a ainsi décidé de bloquer une livraison d'AstraZeneca vers l'Australie. "Nous devons nous assurer que les entreprises avec lesquelles nous avons signé un contrat se mettent elles-mêmes en position de livrer ce qui est convenu. Et j'ai défendu l'idée d'avoir des outils pour s'assurer que cela soit le cas", insiste le Commissaire européen en charge du Marché intérieur Thierry Breton.

Afin d'accélérer la vaccination, la présidente de la Commission européenne a annoncé la livraison dans les prochaines semaines de 4 millions de doses supplémentaires de BioNTech/Pfizer.

Journaliste • Grégoire Lory